Macron est un produit de Hollande, oui mais un produit de son cul !

Je dois reconnaitre avoir mis du temps à évaluer cette pine d’huitre de Macron, surgie fort opportunément dans la campagne présidentielle juste avant le renoncement de la flaque élyséenne. De tous les fleurons de la politique française, les Hamon, Mélenchon et même Fillon, il était le seul avec une expérience professionnelle. Sa démission de la fonction publique, contrairement à son Maître, m’avait agréablement surpris.

Las, sa montée en puissance aura fini par révéler sa vraie nature. Macron, parce qu’il est intelligent, éduqué, cultivé, mâtiné de philosophie, est le personnage le plus dangereux à qui on pourrait confier la destinée du pays.

Ses hurlements suraigus, dans l’extase de celui qui découvre les joies du prêche politique et se fait dessus, sont grotesques.

Ses déclarations et prises de position qui partent dans tous les sens pour montrer qu’il est « transgressif » sont inquiétantes, comme celle récemment sur l’Algérie.

Ses formules, volontairement occultées par la presse aux ordres, sont ridicules. Il faut « penser printemps » a-t-il réussi à sortir, sans que ses auditeurs ne se pissent dessus de rire.

La Vème République est à bout de souffle. Partie de la gueule historique du Général De Gaulle pour aboutir aux molles fesses de Hollande, elle risque de s’achever avec l’excreta Macron.

lenonce

Pourquoi ne parle-t-on pas de la fifille à Plenel?

Eve Plenel donc, travaille à la mairie de Paris et habite à Berlin. LIRE ICI. C’est tout à fait normal, nous explique le moustachu grimaçant, grand copain de ce qui nous sert encore de président. Et de vociférer que c’est honteux de s’attaquer à sa fille, que c’est une crapulerie. Et il en connait un rayon en matière de crapulerie, le journalope de Médiapart!

Je n’ai pas entendu un mot de cette histoire sur les chaines subventionnées de RadioFrance, ni sur les autres, fait remarquer à juste titre mon ami corto. Et l’équipe de Fillon, qui serait à l’origine, est bien muette. Alors voilà, relayez cette affaire, saturez les réseaux sociaux de l’info, vraie ou fausse, vous avez compris que la vérité n’est plus d’actualité en ces temps troublés.

LA FILLE D’EDWY PLENEL BENEFICIE D’UN EMPLOI FICTIF A LA MAIRIE DE PARIS!

lenonce

Combien de Pénélope passeront illico pour de fieffées salopes!

Ayant placé, à titre personnel, l’année 2017 sous le signe de la Joie (et pas, vous l’avez compris, sous celui du blogage effréné!), je me suis juré de ne plus m’emporter!

C’est pourquoi je vais encore attendre pour m’exprimer sur cette lamentable affaire, et bloquer dans ma gorge le flot d’insultes qui y remonte avec une irrépressible force…

lenonce

Disparition de Gotlib: adieu au Maître!

Après ce court hommage, je reviendrai une autre fois sur la disparition de celui qui a accompagné ma jeunesse, qui me faisait courir pour acheter le dernier « Rubrique à brac », ou les « Dingodossiers », ou « Fluide glacial » (que je continue d’acheter de loin en loin). En ces temps où la médiocrité est de mise, je ne crains pas de dire que Gotlib était un génie, et pas seulement de la BD.

Il était bien sûr un dessinateur hors catégorie, capable de tout dessiner, de reproduire n’importe quelle émotion, n’importe quelle situation, n’importe quel objet-homme-animal. Ses créations sont à jamais passées à la postérité. La presse ne parle que de Gai luron et Super Dupont, mais relisez les Rubriques et vous y découvrirez une foule de personnages: la coccinelle bien sûr, mais aussi Newton, Hamster jovial, les inspecteurs Bougret et Charolles, l’inénarrable Pervers Pépère, Dieu (qui a 6 doigts à la main gauche sur la couverture du taume 2 de RaB), etc…

C’était aussi un formidable découvreur de talents, en témoigne le magazine Fluide Glacial, dont l’incroyable longévité a vu naître Binet (Kador, les Bidochon), mais aussi Goossens, le déjanté Edika et tant d’autres.

Et surtout, ses bédés étaient profondément intelligentes et souvent poétiques (voir en fin de note les deux planches absolument merveilleuses sur l’enfance: « Les adultes aussi sont de grands gosses, mais ce ne sont plus des enfants »). Les Dingodossiers, écrits en collaboration avec Goscinny, pourraient être enseignés à l’école (si Najat ne leur préférait pas Djamel Debbouze), tellement le ton est juste et la langue claire.

Chaque année, je me jurais d’aller au festival de BD d’Angoulême pour faire dédicacer un album par Gotlib. Je n’ai malheureusement jamais réalisé ce souhait. C’est bête, mais cela me rend tout triste…

Adieu Marcel, c’est Dieu qui à de la chance.

lenonce

gotlibPour le chanoine:

pie23enfants-1enfants-2