Le New Delire du con d’ Orsay

Douste Blabla s’ est récemment rendu en Inde en tant que président de la fondation Unitaid, organisme mondial de lutte contre le sida. Jusque là, tout va bien.

Là ou ça se gâte, c’ est quand on apprend que notre ministricule a réservé pour l’ emmener, lui et sa suite de 32 personnes (dont 12 journalistes), un Boeing 757 de la société Privatair, avion de 200 places reconverti pour 49 VIP, et ceci dans le luxe le plus total: caviar, saumon et nuits st georges on board. Le tout pour la modique somme de 275 000 euros !

Bousculé par le canard enchainé, le cabinet du ministre s’ est défendu en faisant valoir qu’ il y avait eu appel d’ offre, et que les deux autres prestataires étaient plus chers….sic !

Ajoutez à cela le logement sur place en hôtels de luxe (douste les affectionne: voir ma note du 30 avril 2006) et un stop à Toulouse au retour pour déposer notre vedette (engendrant des frais supplémentaires).

Comment supporter encore ce genre de comportement ? C’ est comme si dans une entreprise en faillite les cadres roulaient en Ferrari.

Douste est un résidu d’ étron dont il faudra bien torcher la Raiepublique avant de placer sa tête à l’ entrée des latrines de l’ assemblée !

Lenonce

La bande à Bonape

Connaissez-vous Henri Viard ? Si non, ruez-vous sur ses livres, en particulier un pastiche de l’ épopée napoléonienne, la bande à Bonape, qui, en exergue, relate ce dialogue secret entre Napoléon et le Pape:

– Ce que j’ ai voulu, je l’ ai voulu tout seul ! Comment dit-on cela en latin, Très Saint Père ?

– Velo Solex, mon fils !

Allez, bon week-end à tous.

Ségo, spécialiste du Moyen-Orient !

Tout n’ est pas perdu, les amis, car Ségo commence à parler. Enfin, à parler pour de vrai, pas simplement devant des militants avec diffusion médiatique très controlée.

J’ ai relevé cette belle phrase: " Il faudra que les israéliens et les palestiniens construisent une paix durable ". Ca alors, personne n’ y avait jamais pensé, bravo Ségo !

La blanche godiche, aux bras ballants et au sourire crispé, devrait nous en sortir de plus en plus, avec la montée en régime de la campagne….tant mieux !

Les onéreuses déconnantes  » culturelles  » de Donnedieu de Vabres

Le ministère de la culture a signé un chèque de 800 000 euros ( vous avez bien lu ), aux organisateurs de " Rue ", spectacle de rap, danse et graffitis, qui s’ est tenu au Grand Palais les 14 et 15 octobre. Ces braves petits, qui crâchent sur la France, son gouvernement et son ministre de l’ intérieur à longueur d’ année, regrettaient même que ce soutien ne soit pas venu de la gauche: " on aurait été plus à l’ aise avec Jack Lang " s’ est écrié un danseur.

On se croit de rêver ! Notre droite a bien mérité le titre de " droite la plus bête du monde ".

Ya du boulot, Sarko, ya du boulot…

La leçon de courage de Benoit XVI

Fidèles à leur tradition qui est de cracher en l’ air pour faire croire qu’il pleut, les journalistes s’ en sont donnés à coeur joie dans leur analyse " a priori " du voyage pontifical.

" Voyage à hauts risques ", " le pape aura à coeur d’ effacer la maladresse de Ratisbonne ", " le pape devra se justifier devant les musulmans ", etc, etc…

Ces inepties, répétées en boucle jusqu’ à l’ arrivée de Benoit XVI sur le sol turc, se sont dégonflées d’ un coup à la première intervention.

Le pape n’ est pas venu donner des gages aux musulmans, ni s’ excuser suite à sa très érudite et donc incomprise, intervention. Il est venu apporter son soutien aux minorités, notamment chrétiennes, dans un pays ou on assassine les prêtres. Il est venu réaffirmer les valeurs chrétiennes de l’ occident, et tendre la main aux musulmans pour qu’ ils s’ en inspirent.

Le résultat de cette fermeté est que le pape a été salué et accueilli avec un profond respect, sans aucune manifestation d’ hostilité. Avez-vous entendu un seul journaleux reconnaitre son erreur ?

Que nenni. Encore moins en tirer des enseignements pour nos dirigeants, dont la politique du pantalon baissé nous fait perdre tout respectabilité dans ce qui est, qu’ on le veuille ou non, un rapport de force.

Bon week-end, Lenonce. 

Royal, c’ est la reine !

Oui, je sais, le jeu de mot est facile ! Attendez la suite.

Voila plusieurs semaines que les merdiques médias nous passent jusqu’ à l’ écoeurement les tribulations des candidats à la candidature péesse: sondages, petites phrases et peu d’ images. Les faux débats ont eu lieu sur des chaines confidentielles, les meetings n’ étaient pas filmés.

Pourtant les primaires ne sont que des ersatz d’ élections. On peut même dire que l’ élection primaire est à l’ élection présidentielle ce que le baby-foot est au football…ou ce que la masturbation est à l’ amour.

En conclusion de cette mascarade, Ségo vient d’ être intronisée. La voila donc reine. Reine de la plus formidable branlette politico-médiatique. That’s all folks !

Lenonce