Passage en force ?

On n’ entend plus que ça depuis hier soir: le président Chirac va-t-il passer en force en promulgant la loi sur l’ égalité des chances ? Chacun reprend cette antienne, de notre joufflu et rosé premier du péesse au syndicaliste barbu de la céeffedété, en passant par tout ce que notre pays compte de gauchos, et qui s’ étalent à longueur de journées dans nos merdiques médias.

Le passage en force ne consisterait-il pas à ne pas promulguer cette loi, loi proposée par un premier ministre par lui mis en place il y a 9 mois, votée régulièrement au parlement (le 49.3 n’ a été utilisé que pour des aménagements, et pas pour la loi principale) et approuvée sans réserve par le conseil constitutionnel ?

Les vociférants de tout poil brandissent la démocratie en marchant dessus: quelle prouesse ! Et c’ est eux qui prétendent vouloir nous gouverner en 2007 ? Plutôt mourir….ou partir !

Lenonce

Pourquoi mars 06 n’est pas mai 68….

Nos étudiants débraillés et lycéens boutonneux se prennent à réver d’ un nouveau mai 68. Je voudrais ici leur dire combien ils se trompent.

Le mouvement de 68 est né d’ une volonté farouche de changer la société, une sorte de grand soir, qui, il faut bien le dire n’ a pas vraiment eu lieu. Nos jeunes gens (les vrais, pas ceux qui leur bourrent la gueule pour piquer leurs portables…) veulent, eux, que rien ne change, et si possible, un bon poste de fonctionnaire à la clé pour continuer de se branler le restant de leurs jours.

Si on en croit les études qu’ ont entrepris les étudiants interrogés dans la rue par nos merdiques médias(sociologie, psychologie, histoire de l’ art, philosophie, …), ils sont en passe de réussir.

En 68, les étudiants faisaient des barricades, lançaient des cocktails molotov, se filaient un peu contre les CRS (SS). Que voit-on aujourd’hui ? Un troupeau, bêêêê, bêêêê, défilant mort de trouille, encadré par les membres anencéphaliques et bas du plafond des services d’ ordre syndicaux, pour éviter de se faire rosser par les jeunes gens (les autres), rebaptisés pour l’ occasion: "casseurs". Quelle allégorie: la matière grise (en fait, rose ou rouge) protégée par le muscle.

Il est d’ ailleurs intéressant de faire la constatation suivante.Les casseurs (eux pas du tout rose ou rouge….) sont issus des banlieues, et les premiers concernés par le CPE. Pourtant ils attaquent ceux qui défilent contre. On peut donc en déduire qu’ ils sont pour le CPE. CQFD.

Je remarque aussi que, si les manifestations sont un succés, la grève, qui devait être générale, a été relativement peu suivie. Il est facile de jeter dans la rue tout ce que la France compte d’ inactifs: étudiants, lycéens et syndicalistes, plus difficile de faire perdre une journée de travail pour un motif à la con.

J’ entendais un prof représentant syndical (FSU?), pousser des cris d’ orfraie en apprenant que le ministre de Robien avait demandé de mettre fin au blocage des lycées, y compris par la force. Mais de quel droit, une poignée de merdeux, incapables au sens civique du terme, empécherait les établissement, payés par nos impôts, de fonctionner ? Car le problème est là: beaucoup de facs et de lycées sont bloqués par des minorités, politisées et manipulées. Il faut que cela cesse: c ‘est une insulte à tous ceux quiveulent travailler (mais oui il y en a, les pauvres!).

Ecoutez la représentante de l’ UNEF (trotsko) dévider un discours bien rodé et commençant toutes ses phrases par: Je pense. Regardez la représentante de la coordination étudiante, déguisée avec sa casquette à la gavroche. Elles sont à pleurer!

Je ne sais vraiment pas si le CPE est la solution au chômage des jeunes, je pense même qu’ il ne résoudra rien du tout, mais ce que je sais, c’ est qu’ un pays gouverné par la rue depuis trente ans, ne mérite pas qu’ on y reste. Il faut se tirer d’ ici.

Lenonce

Nous ne sommes plus en démocratie !

Un nouveau texte de Géronte d’ Allauch, trés en colère !

¤

Pourquoi nos "intellodelagauchebienpensante" se réfugient-ils en permanence derrière le mot démocratie ? Parce qu’il y a un bon moment que ce n’est plus qu’un mot et que nous ne sommes plus en démocratie.

Nous vivons sous le règne des minorités, qu’elles soient de dockers, d’étudiants, de cheminots, d’anti OGM, d’altermondialistes où de syndiqués (il ne faut pas oublier que la France a un des taux les plus bas de salariés syndiqués). Ces minorités imposent leurs lois (souvent avec violence) aux politiques (élus, eux, démocratiquement).

Les derniers évènements seraient presque risibles si nous n’étions pas les bailleurs de fonds des exactions multiples commises par nos futurs salariés branleurs (il ne faut pas oublier que 70% des ‘djeunnns’ aspirent à être fonctionnaires…!). Une centaine d’étudiants a occasionné entre 500.000 à 1.000.000 d’euros de dommages dans l’université Paris IV Sorbonne ! Qui dit mieux ? Combien nous faudra t’il d’heures de travail en déjouant les pièges des multiples grèves pour payer cela ?

Il me revient en mémoire une réplique dite par Jacques BREL dans ce magnifique film "mon oncle Benjamin" : "vous prenez 10 philosophes et 100 imbéciles et ce sont les imbéciles qui auront raison". C’était sa définition de la démocratie. Et bien nous sommes arrivés, dans notre siècle de décadence, à modifier cette maxime :"vous prenez 100 philosophes et 10 imbéciles et ce sont les imbéciles qui auront raison".

Qui n’a pas connu le régime de terreur, et je pèse mes mots, qu’un Comité d’entreprise et ses délégués du personnel font régner dans une entreprise, n’a rien connu.

Alors, comme je suis énervé, pour terminer je vais dire deux gros mots…..libéralisme et sécuritaire. Voilà !

¤

Géronte d’ Allauch

Version française moderne de la fable: La Cigale et la Fourmi

Certains connaissent déjà ce petit texte diffusé sur le net, mais je ne résiste pas au plaisir de le mettre en ligne. Il est d’ une grande justesse et mériterait d’ être prolongé…à vos stylos ! Lenonce

¤

¤

¤

La fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule; elle construit sa
 maison et prépare ses provisions pour l'hiver. La cigale pense que la
 fourmi est stupide; elle rit, danse et joue tout l'été. L’hiver arrive, la
 fourmi est au chaud et bien nourrie.
La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande
 pourquoi la fourmi a le droit d'être au chaud et bien nourrie tandis que
 les autres moins chanceux comme elle ont froid et faim. 

La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante
de froid et qui passent des extraits- vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa 
maison confortable avec une table pleine de provisions.

Les Français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette 
pauvre cigale tandis que d'autres vivent dans l'abondance. 

Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la
fourmi. Les journalistes organisent des interviews demandant pourquoi la
fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement 
pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu'elle paie "sa juste part".
En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l'égalité
 économique et une loi (rétroactive à l'été) d'anti-discrimination.

Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende
 pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide.

La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n'a
 pas assez d'argent pour payer son amende et ses impôts.

La fourmi quitte la France pour s'installer avec succès en Suisse.

La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée: elle est en 
train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit 
encore loin.

L'ancienne maison de la fourmi devenue logement social pour la cigale se détériore
car cette dernière n'a rien fait pour l'entretenir. Des reproches sont faits au 
gouvernement pour le manque de moyens. Une commission d'enquête est mise en place,
ce qui coûtera 10 Millions d'euros.

La cigale meurt d'une overdose; Libération et L'Humanité commentent sur l’échec du
gouvernement à redresser sérieusement le problème des inégalités sociales.

La maison est squattée par un gang d'araignées immigrées; le gouvernement se 
félicite de la diversité multiculturelle de la France.

Les araignées organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté.

A SUIVRE....

Félicitations, monsieur Chirac!

Le preux chevalier-président Chirac, pourfendeur de l’anti-France et grand défenseur des causes perdues d’ avance, s’ est illustré en quittant la salle du conseil européen lors de l’ intervention en anglais d’ Ernest Antoine Seillière, patron des patrons européens.

Geste magnifique de franchouillardise, qui rappellera aux nostalgiques le Super Dupond de Fluide Glacial (années 80). Cela pourrait même avoir un certain panache si……

…..si dans le même temps, le saccage de la Sorbonne va coûter entre 500 000 et  un million d’ euros.

L’ école des hautes études en sciences sociales, occupée depuis trois jours par les casseurs, "protégée" par une malheureuse poignée d’ enseignants, qui viennent d’ ailleurs de renoncer, est conscieusement dégradée, pillée, vandalisée. Aucune intervention de la police, ni en cours, ni prévue.

Et l’ autre grand saucisson qui se veut le défenseur de la langue française, quand tout un patrimoine de livres anciens part en fumée! Mais il est fou, celui-la!

On est dirigé par un irresponsable, qui porte pourtant la lourde responsabilité d’ un pays en proie aux émeutes depuis maintenant 6 mois.

Je vous le dis, mes amis, il faut se tirer d’ ici!

Lenonce

Comique Purement Epatant!

Avez-vous écouté DDV dimanche soir sur tééfun ? Si non, vous avez eu tort !

Je crois que je n’ai plus ri autant depuis les interviews de Georges Marchais par JP Elkabach ! Notre ineffable DDV s’ est lancé dans une explication des garanties et aménagements dudit CPE avec une accumulation de dates et de délais d’ une grande puissance comique. Je mets au défi un citoyen normalement constitué d’ avoir rien retenu de cette tirade.

Alors DDV, pour te récompenser, un dessin qui te va comme un gibus à un dromadaire:Ane_ena_1

Bonne soirée,

Lenonce.

Médias et dictature de la pensée

De manière de moins en moins insidieuse, la dictature de la pensée unique s’installe dans notre pays. Les intellectuels en ont été, pour un temps, les gardiens flamboyants. Il suffit de se rappeler, entre autres, la guerre qu’ils ont menée contre Lucien Bodard lorsqu’il eut l’outrecuidance de décrire le vrai MAO pour comprendre que le mot dictature n’est pas exagéré. Il me plait de citer souvent la phrase célèbre de Georges Bernanos :

"L’intellectuel Français est si souvent un imbécile que nous devrions le tenir pour tel jusqu’à ce qu’il ait prouvé le contraire".

Mais les intellectuels viennent de se faire détrôner et laminer par les gens des médias (journalistes et/ou amuseurs) qui, j’en suis certain, se prennent aussi pour des intellectuels.

J’ai regardé avec stupéfaction, il y a quelques jours, Michel Drucker nous dire sans rire  que si Lionel Jospin était venu à son émission du dimanche il aurait peut-être été élu à la Présidence. Rappelez vous comment l’affaire du Karcher a été traitée.

Récemment j’ai entendu des journalistes s’étonner de la psychose des Français vis à vis de la grippe aviaire alors même qu’ils n’arrêtent pas de terroriser leurs auditeurs avec cette information qui fait la une de tous les journaux…un chat meurt en Allemagne et c’est 10 minutes chez PPD !

J’ai entendu des journalistes de France Inter, radio socialo-communiste, soutenir avec force que Ségolène était critiquée par pur machisme !

Je ne parle même pas des Mermet et consorts car cela relève de la caricature. Tous ces gens là ont décidé de ce qu’il fallait penser, l’établissent comme postulat, le serinent chaque jour et malheur à celui qui n’est pas dans l’axe qu’ils ont déterminé.

Aucune finesse dans leurs analyses (la plupart du temps inexistantes) mais toujours une litanie d’évènements destinés à nous terroriser et à distiller le venin de la pensée unique. L’exemple d’ Outreau a été, à cet égard, un condensé des dérives médiatiques.

Le corporatisme de ces professions les bétonne contre toutes critiques et les rend inaccessibles.

Alors que faire ? Ne plus les écouter et méditer la célèbre phrase de Marc Aurèle

"Seigneur, donne-moi la sérénité pour accepter ce que je ne peux changer, la force pour changer ce qui peut l’être, la sagesse pour discerner l’un de l’autre"…

¤

Géronte d’ Allauch