Récit d ‘ un menteur

Le Monde, auquel je suis abonné en ligne, ne produit, pour ce qui concerne les émeutes de la gare du Nord, que des récits de soi-disants témoins, sans aucun recul ni analyse. Quasiment pas d’ articles de journalistes.

Au milieu de ce margouilli pour chat, la palme revient à la mise en ligne ce jour du récit du fraudeur, vraisemblablement écrit par son avocat, et où le mensonge sourd à chaque phrase. Tous les poncifs de la victime expiatoire y passe, y compris le racisme. Heureusement, les méchants controlleurs sont maghrébins. C’ est Dieudonné qui va être content.

Le voila in extenso, avec juste quelques miens commentaires:

Ce jour vers 16h20, je me trouvais dans la gare du Nord. J’avais rendez-vous avec une personne qui m’attendait sur le quai de la ligne 5", a-t-il expliqué. Il assure avoir composté un ticket en passant le tourniquet, puis l’avoir jeté ( mais bien sûr, et la marmotte met le chocolat dans le papier alu …). "Trente mètres plus loin, j’ai senti qu’une personne me touchait au niveau de l’épaule, je me suis retourné et cet individu s’est présenté comme étant un contrôleur RATP et m’a demandé mon titre de transport. J’ai expliqué à cet individu que je venais de jeter mon ticket au sol et je lui ai proposé de retourner à l’endroit où j’avais jeté mon ticket pour le reprendre. Le contrôleur m’a alors demandé mes papiers. Je lui ai alors répondu que je n’étais pas sûr de les avoir mais que l’on pouvait regarder dans mon sac à dos. Un autre contrôleur est alors arrivé et sans rien me demander il a déclaré à ses collègues : bon voilà, il a rien allez on appelle ». Je lui ai répondu que je ne bougerai pas tant qu’on irait pas récupérer mon ticket. Ce contrôleur m’a alors fait comprendre que de toute façon il me ramènerait de force, il m’a parlé avec un langage de cité. Je lui ai alors dit d’arrêter. (…) Il s’est alors approché de moi et a commencé à rapprocher son front du mien. Je lui ai alors dit arrête ou je vais te boucher une oreille ». Nous nous sommes frottés les fronts mais il n’y a pas eu de coups. C’est alors que les autres contrôleurs RATP m’ont saisi au niveau des chevilles puis m’ont fait chuter au sol. Ils m’ont ensuite maintenu au sol jusqu’à l’arrivée des gendarmes. Je vous précise que jusqu’à l’arrivée des gendarmes, les agents RATP, surtout celui qui a collé son front au mien, m’ont donné des coups de pieds entre les jambes ou ont essayé de me tordre les poignets. Moi, je leur disais que ce qu’ils faisaient c’était vraiment n’importe quoi. Autour de nous une foule s’est formée qui se demandait ce que ces contrôleurs étaient en train de faire. Je vous précise que parmi cette foule il y avait de nombreuses personnes qui me connaissent car j’ai vécu dans le dixième arrondissement et que je connais très bien la gare du Nord. Ensuite les gendarmes sont arrivés. (…) Ils ont essayé de me faire comprendre qu’il fallait que je me calme pour qu’ils me menottent. Je leur ai demandé de me lever puis ensuite de me menotter. Comme je me débattais car je pensais que ce n’était pas humain de mettre quelqu’un au sol comme ça, ils ont tout de même été obligés de me relever pour me menotter en faisant usage de la force." A cet instant, Angelo Hoekelet s’accrochait fermement à son pantalon, pour éviter de se faire passer les menottes ( technique de vieux briscard de l’ interpellation !)

"Une fois debout et menotté le contrôleur RATP qui m’avait touché le front a cherché à m’attraper par les jambes. Il devait me connaître, je pense que c’est pour cela qu’il en avait après moi. Les gendarmes et ses collègues lui ont dit que cela ne servait à rien et que je devais être conduit debout. C’est là que je me suis rendu compte qu’une foule importante s’était ameutée autour de nous. Dans le local RATP, le contrôleur a dit à ses collègues oui vous avez vu il m’a bien mis un coup de tête. C’est là que j’ai compris que c’était ne affaire personnelle, je vous précise que parmi ces agents RATP il y en avait trois d’origine maghrébine. Peut-être qu’il en avait après moi parce que je suis noir. Ensuite, j’étais dépassé par les événements et je les ai bombardé d’insultes."

La veille de cette interpellation à la gare du Nord, Angelo Hoekelet était censé prendre le train pour se rendre à Aix-en-Provence ou il devait comparaître devant la cour d’appel pour une affaire d’outrage à magistrat, qui lui a valu une condamnation à six mois de prison en première instance. Hélas, il n’a pas pu s’y rendre, explique-t-il, "car les contrôleurs n’ont pas voulu [le] laisser prendre le train sans billet."  Sic !!!!!

C’ est pas du Zola, mais ça devrait émouvoir José et les bordilles de son espèce.

Lenonce

Un François ça va, un deuxième François, bonjour les dégâts…

Images_2Depuis qu’à l’instar de ses oreilles les sondages décollent, certains observateurs trouvent que BAYROU est le nombril de la campagne….il est au dessus des parti(e)s. Je trouve plutôt, d’après ses dernière déclarations sur le "guerre du Nord", qu’il est le t…d…c… de la campagne, juste au dessous des parti(e)s. En ce moment, vis à vis de SARKOZY, BAYROU pète les plombs (jeu de mots) de plus en plus souvent. Il nous l’a montré, en prenant nettement position pour la jeunesse maltraitée par le méchant SARKO et en dénonçant le ton ferme qu’il emploie lors de ses discours. BAYROU, ce ton, il ne le supporte plus ! (re jeu de mots).
Moi c’est plutôt lui que je ne supporte plus et j’espère que pour vous, amis lecteurs, il en va de même. Alors le 22 avril, en mettant votre bulletin dans l’urne, pensez que le France ne se remettra jamais de 5 ans d’un nouveau François !

Géronte d’Allauch

Une fable africaine

Une fermière du Rwanda,

Qui était Hutu de surcroît,

Quitte sa case et sa smala

Pour le marché de Kampala.

Elle veut honorer sa tribu

D’un beau chapon gras et dodu.

Mais elle était peu fortunée,

Et le marchand Tutsi, rusé,

Refusa de baisser le prix

Du chapon par elle choisi.

Me le donnerais-tu,

Dit la cliente Hutu,

Contre une gâterie

Sur ton beau bengali ?

A voir, dit le vendeur,

De cette gâterie quelle serait la valeur ?

Vaudrait – elle un chapon ?

Il m’en faudrait la preuve pour de bon.

Aussitôt la bougresse s’enfouit sous le boubou,

Et vite fait jaillir le sève du bambou.

J’ai gagné le chapon, s’exclame l’innocente,

La bouche encore pleine du produit de la vente.

Que nenni lui répond le volailler acerbe

Tout comme la figure, le chapon tu as perdu

Car comme le dit notre si beau proverbe :

Turlute Hutu, chapon point eu !!

¤

Joli, non ? Mille mercis à l’ amie qui m’ a fait parvenir cette belle histoire !

Lenonce

Le kärcher, c’est nul

Un étranger en situation irrégulière, connu des services de police, en attente de reconduite à la frontière, frappe un contrôleur alors qu’il n’a pas de titre de transport et oblige la police à intervenir. « Spontanément », des « jeunes gens » se regroupent, pillent et dévastent tout dans une gare.

Et tout cela, c’est la faute à qui ? A Sarkozy, bien sûr !

Sur les sites du Monde et de Libération se répandent sous forme de « témoignages », les mensonges habituels ( un jeune aurait eu le bras cassé ) pour qui connaît cette population (c’est pas les jeunes, m’sieur, c’est la police qui provoque, ziva !) sur l’intervention des forces de l’ordre.

J’entends sur une radio José Bové s’exclamer : « C’est une réaction salutaire des voyageurs ! », et puis un sociologue parler de « fossé entre les citoyens et la police ». On est chez les fous, au secours !!

Ou sont les citoyens, dans cette diarrhée d’encagoulés, que le trou du cul du monde nous expulse dans des spasmes d’encoprétiques ? On n’a pas du voir les mêmes images, ou bien c’est ma télé qui est revenue au noir et blanc… Fsjft0sa5nhwc9kymsfqht1jz2rce6d_2

227094Le kärcher, c’est nul : il faut un lance-flamme.

Lenonce

L’esclavage moderne….

L’ouverture de l’Europe provoque des migrations de populations à l’intérieur de ses frontières qui fait que les pays qui pratiquent les salaires les plus bas perdent une partie de leur main d’oeuvre au profit des pays à salaires plus élevés.
Certaines Entreprises de Tchécoslovaquie se trouvent ainsi à découvert de main d’oeuvre et ont réglé une partie de ce problème en passant un accord avec le régime de
Pyongyang pour faire venir des dizaines de jeunes couturières qui travaillent dans de nombreuses usines textiles plus ou moins importantes.
En République tchèque, environ 400 couturières  Nord Coréennes sont ainsi employées. Encadrées jour et nuit
par un de leur compatriote, elles reversent l’essentiel de leur salaire
à leur gouvernement. Tout contact avec la population (et avec les journalistes) est absolument interdit.

Il est intéressant de noter que la plus importante des ces usines appartient à la société CREATA, dont le propriétaire est Italien.
Il faut savoir que ces "exportations de main d’oeuvre" se  font également  en Russie (le chiffre de 10.000 est avancé), en Angola, en Arabie Saoudite, en Libye, en Bulgarie et en Pologne…et peut-être ailleurs.
Le régime de KIM JONG-IL loue ainsi sa main d’oeuvre et en retire des bénéfices financiers lui permettant de satisfaire son délire totalitariste et de mettre au point la bombe atomique ….avec d’une certaine manière, la complicité de certains pays européens.
Ce véritable esclavage des temps modernes est, curieusement, passé sous un relatif silence. Antenne 2 en a parlé hier soir mais je ne vois pas manifester dans les rues les habituels "résistants" qui n’hésitent pas à partir au quart de tour pour défendre un BATTISTI (où es tu Gaillot ?).
Et dans tout cela, que fait officiellement l’Europe ?
Comme d’habitude….elle pratique la politique du silence assourdissant !

Géronte d’Allauch

La France aime les trotskistes

J’ en veux pour preuve la présence de rien moins que trois candidats des trois partis se réclamant ( encore ) de la IV ème internationale: Lutte Ouvrière, Ligue Communiste Révolutionnaire et Parti des Travailleurs.

Schivardi_3

Mais le plus fort reste quand même Schivardi du PT, un trotsko pur et dur. Quand je pense qu’ on va peut-être incarcérer ce petit filou de Nicolas Miguet pour utilisation de formulaires tendancieux, et que Schivardi a fait toute la course aux signatures en s’ auto-proclamant " candidat des maires " sans que personne n’ y trouve rien à redire, c’ est ahurissant !

L’ Association des Maires de France vient à peine de se réveiller ( le 22 mars !) pour lui demander de ne plus utiliser cette appellation (voir le lien)….ce qu’ il continuera à faire en leur pissant au cul !

Grattez à la faucille la bonne figure d’ alcoolique rougeaud de Schivardi, et vous trouverez ceci:Trotsky

¤

¤

Ca fait peur, non !

Lenonce

PS: le seul trotskiste que les français ne peuvent pas encadrer c’ est le brave Yoyo: la vie est trop injuste !