La stupide égalité

Dernière ligne droite. Les candidats se retrouvent avec l’ égalité stricte des temps de parole. C’ est à dire que ceux qui n ‘ont strictement aucune chance, non d’ être élu, mais d’ arriver seulement au second tour, pourront débiter leurs âneries à égalité avec ceux que l’ on doit absolument entendre et réentendre, car eux nous gouverneront demain.

Il faut donc subir écouter:

– Schivardi, avec sa gueule et sa voix travaillées à la fine et au gros rouge, proposer de nationaliser les fonds de pension, " comme l’ ont fait les soviétiques avec l’ emprunt russe (sic) ",

– Laguiller, anonnant son sempiternel " travailleurs, travailleuses ", au-dessous des affiches où on a retouché (vive le progrès numérique) sa figure ravagée,

– Nihous, crétin notoire, donnant son avis sur tout et n’ importe quoi, l’ oeil morne de la bécasse dézinguée au calibre 12,

– Buffet, qui nous promet de faire pire que groshue, le dernier parti communiste stalinien disparaissant avec elle,

– Bové, délinquant multi-récidiviste ayant de grandes chances d’ aller au trou une fois la campagne terminée,

– Besancenot, dopé par les sondages le placant " le plus gros des petits " mais qui ne dépassera quand même pas les 5 % fatidiques, et qui s’ époumone dans des diatribes de plus en plus agressives, voire grossières, contre Sarkozy,

– Voynet, qui aimerait bien faire une petite pipe à Nicolas Hulot, sous les quolibets de Mamère qui, ayant marié des homosexuels, pense peut-être à d’ autres "voies" pour se rallier le charismatique animateur tévé !

Voilà où en est cette campagne électorale…

Lenonce

PS: eh bien non, je ne dirais rien sur de Villiers, un peu barge lui aussi, mais dont les propos sont le plus souvent d’ une grande pertinence.

Le renouveau socialiste:

1981: La force tranquille

2007: La force sereine

J’ ai mis du temps à analyser jour après jour les interventions, slogans et petites phrases de la candidate péesse, à essayer d’ y déceler la finesse derrière la bourde, à comprendre sa ligne politique, et je suis désolé d’ en arriver à cette conclusion dont la trivialité peut choquer, mais vraiment je n’ en trouve pas de meilleure: elle est complétement con.

Lenonce