Les présumés journalistes du Nouvel Obs en ligne …

Voilà un titre du célèbre journal qui m' a plongé dans un abîme de perplexité… J' ai peu de temps  pour commenter, réveillon oblige !

Prostituées asiatiques 

A quoi, ou à qui, s' applique le terme " présumées" ?

Ce n' était peut-être pas de vraies prostituées, ou peut-être n' ont-elles pas été poignardées, ou peut-être ne sont-elles pas vraiment mortes ? Allez savoir avec ces asiatiques, ils sont tellement mystérieux ! Nos journaleux nous réservent une bien belle année 2009.

Allez, bon réveillon, et merci à toutes celles et à tous ceux qui font vivre ce modeste blog !

lenonce

Coquins comme cochons !

Mis en cause dans une affaire d' abus de confiance, Julien Dray vient de recevoir le soutien d' un orfèvre en la matière, Jean-Christophe Cambadélis, dont je vous livre le cv:

" Poursuivi pour recel d'abus de biens sociaux dans l'affaire Agos, car il avait bénéficié d'un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 qui lui a rapporté plus de 442 000 francs (67 382,466 €), Cambadélis fut condamné en janvier 2000 à 5 mois de prison avec sursis et 100 000 francs (15 244,902 €) d'amende par le tribunal correctionnel de Paris.

Mis en examen le 7 juin 2000 pour abus de confiance dans l'affaire de la MNEF, car soupçonné d'avoir bénéficié d'un emploi fictif au sein de la mutuelle étudiante MNEF entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros) d'une filiale de la MNEF, au titre d'une activité permanente de conseil. Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d'abus de confiance », il est condamné, à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende, dans l'affaire des emplois fictifs de la MNEF, par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris. " source wikipédia

Soutenant son copain de friponnerie, il s' est laissé aller à déclarer: " Ce n'est pas un homme d'argent. C'est un militant qui fait progresser les causes qu'il défend. "

Donc, Julien Dray ne fait pas progresser son compte en banque mais ses convictions, et s' il aime les montres à 38.000 euros, c' est qu' il déteste être en retard … Ben voyons, et la marmotte met le chocolat dans le papier alu !

Il ne lui reste plus que le soutien d' Harlem Désir, et notre Julien aura eu les témoins de moralité les plus capés du moment.

Mon Dieu, gardez-moi de mes amis ….

lenonce

La princesse et les vilaines personnes…

Il était une fois, dans un beau pays en forme de botte, une princesse à qui tout souriait. Elle était belle, sa famille était riche et elle habitait une très belle maison dans ce superbe pays.

Mais un jour, de vilaines personnes ont décidé de faire la révolution dans le superbe pays en forme de botte. Elles ont enlevé et tué plein de gens comme les parents de notre princesse. Pour éviter que ça ne leur arrive, la famille de la princesse s’est  alors exilée dans le pays d’à coté, qui avait une drôle de forme d’hexagone. La princesse en a été bien triste mais, assez rapidement, elle a trouvé son bonheur dans ce nouveau pays. Elle était très courtisée et profitait beaucoup de tout ce que le pays pouvait lui offrir. Sa vie était un vrai conte de fée.

Mais un beau jour elle a rencontré le roi de son nouveau pays qui est tout de suite tombé amoureux d’elle. Ils se sont mariés et depuis ils vivent heureux au milieu de leurs sujets conquis par autant de beauté et de bonheur….

Mais voilà que dans son nouveau pays en forme d’hexagone se cachait une des vilaines personnes qui avait fait tant de mal a beaucoup de gens comme ses parents dans le pays en forme de botte. Cette vilaine personne devait être expulsée dans son ancien pays pour être mise en prison car elle avait vraiment fait de vilaine chose. Comme dans les contes de fées, la princesse et sa sœur se sont portées à son secours et le roi du pays en forme d’hexagone a décidé de ne pas expulser la vilaine personne dans le pays en forme de botte. Le bon peuple du bon roi en avait les larmes aux yeux !

Mais ce très beau conte ne s’arrête pas la. Une autre des vilaines personnes qui avait également fait beaucoup de mal dans le pays en forme de botte était partie se réfugier très loin dans un pays en forme de triangle. La vilaine personne se cachait bien dans ce nouveau pays et personne ne la trouvait jusqu’à ce que, grâce à des informations de la police du roi du pays en forme d’hexagone, il se fasse arrêter par la police du pays en forme de triangle. Le pays en forme de triangle doit expulser la mauvaise personne dans le pays en forme de botte pour qu’elle puisse y répondre de ses crimes.

La princesse est à nouveau intervenue auprès de son roi pour qu’il demande au roi du pays en forme de triangle de ne pas extrader la vilaine personne et son bon roi va le faire car il n’a que de l’amour pour sa princesse.

Tout le peuple du pays en forme d’hexagone regarde avec beaucoup de larmes dans les yeux la gentillesse de leur princesse et l’amour de leur roi pour elle…tout le peuple ? Non. Un vieux grincheux, du nom de Géronte d’Allauch, ne décolère pas sur ce qu’il appelle le fait de la princesse et commence à trouver que son roi exagère.

Géronte d’Allauch

La « victoire » des lycéens.

La lutte des lycéens (totalement manipulés par l’extrême gauche et dont la plupart n’a jamais lu le texte de la loi DARCOS) vient de remporter sa première victoire sur le gouvernement SARKOZY.

Il y a eu de drôles de guerres, il y a donc de drôles de victoires.

En effet, ne  pas modifier un enseignement dont on sait qu’il a de moins en moins de résultats est certainement une victoire pour les enseignants gauchistes et les syndicats qui les représentent (le fameux troisième tour des élections) mais certainement pas une victoire pour la jeunesse qui va continuer à aligner les échecs scolaires de tous genres et rater, pour beaucoup, l’entrée dans la vie professionnelle.

J’avais rappelé, il ya quelques mois, la devise qui se trouve gravée dans le marbre des frontispices des immeubles abritant tous les syndicats : « l’immobilisme est en marche et rien ne pourra l’arrêter ».

A l’instar des professions médicales les profs gauchistes (quasiment un pléonasme) ont décidé depuis longtemps qu’ils avaient une obligation de moyens et non une obligation de résultats. A la différence du corps médical, on ne parle pas ici de moyens développés par eux pour bien enseigner, mais uniquement de moyens de plus en plus importants que l’état (donc le contribuable) doit mettre à leur disposition pour maintenir un système en faillite qui a perdu de vue l’obligation…de tendre vers une obligation de résultats !

Mais le pire, dans cette affaire, est que les lycéens ne se sentant plus, continuent la lutte !

Extrait du point article du 18 12 2008 : « Malgré le report de la réforme du lycée annoncé lundi par Xavier DARCOS , la mobilisation des lycéens ne faiblit pas. Jeudi, selon la Direction générale de la police nationale, quelque 127.000 jeunes ont manifesté dans plusieurs villes de France, globalement dans le calme, sur fond de blocage de nombreux établissements scolaires. Peu de temps après, l'Union nationale lycéenne (UNL) est revenue sur les 80.000 manifestants dénombrés à un chiffre de 150.000, qualifiant la mobilisation d'"exceptionnelle". "Nous ne voulons pas de réforme du lycée qui légitime les suppressions de postes", a souligné Antoine EVENNOU, président de la première organisation lycéenne. »

Pour information, Antoine EVENNOU est un brillant lycéen de terminal (17 ans) qui lutte déjà comme un vieux syndicaliste en dénonçant « la casse du service public d’éducation ». Il est déjà dans le « plus de moyens » et ne parle jamais, bien entendu, du « plus de résultats ».

La reculade de DARCOS, qui n’est certainement pas un mauvais ministre mais qui a un peu trop fanfaronné (je ne suis pas le ministre de l’hésitation nationale) laisse présager une rentrée plus que chaude. Déjà notre syndicat chouchou, SUD EDUCATION,  se déchaine dans son site :

Il faut des luttes à la hauteur des enjeux !

Pour Sud Éducation, il faut absolument amplifier les luttes, car ce recul n’est pas suffisant ! Nous exigeons le retrait de toutes les réformes de démantèlement de l’Éducation nationale, de la maternelle (avec les projets de jardins d’éveil pour les petites et moyennes sections, la grande section étant destinée à être rattachée au primaire) à l’université (réforme du statut des enseignants-chercheurs, réforme des concours de recrutement des enseignants, etc.), les suppressions de postes, la disparition programmée des IUFM, la généralisation des bacs pro 3 ans (le report de l’examen au CSE des projets de maquettes sur le bac-pro 3 ans, qui devait avoir lieu vendredi dernier, constitue un autre recul du ministre).

Par conséquent, Sud Éducation appelle les enseignants :
 à débattre des nécessaires mobilisations dans tous les établissements et toutes les écoles ;
 à s’associer aux manifestations prévues cette semaine, en particulier le 18 ;
 à veiller à la sécurité des élèves : la stigmatisation de la violence du mouvement des lycéens, l’appel du représentant du syndicat des chefs d’établissement d’Aix-Marseille à faire intervenir la police en cas de blocage, ne laisse pas en effet de nous inquiéter.

Dans son communiqué, X. Darcos prétend que sa réforme « est bâtie sur un très large consensus des lycéens, des enseignants et des familles ».

Par l’action, dans la grève, dans la rue, dénonçons ce mensonge !

 

La rentrée sera donc chaude car les autres syndicats vont se déchainer et nous aurons le plaisir de cumuler une crise mondiale et une crise nationale qui sera, à mon avis, d’importance.

2009 sera certainement, à ce niveau là, un grand cru !

 

 

Géronte d’Allauch