Accueil » Uncategorized » La « victoire » des lycéens.

La « victoire » des lycéens.

La lutte des lycéens (totalement manipulés par l’extrême gauche et dont la plupart n’a jamais lu le texte de la loi DARCOS) vient de remporter sa première victoire sur le gouvernement SARKOZY.

Il y a eu de drôles de guerres, il y a donc de drôles de victoires.

En effet, ne  pas modifier un enseignement dont on sait qu’il a de moins en moins de résultats est certainement une victoire pour les enseignants gauchistes et les syndicats qui les représentent (le fameux troisième tour des élections) mais certainement pas une victoire pour la jeunesse qui va continuer à aligner les échecs scolaires de tous genres et rater, pour beaucoup, l’entrée dans la vie professionnelle.

J’avais rappelé, il ya quelques mois, la devise qui se trouve gravée dans le marbre des frontispices des immeubles abritant tous les syndicats : « l’immobilisme est en marche et rien ne pourra l’arrêter ».

A l’instar des professions médicales les profs gauchistes (quasiment un pléonasme) ont décidé depuis longtemps qu’ils avaient une obligation de moyens et non une obligation de résultats. A la différence du corps médical, on ne parle pas ici de moyens développés par eux pour bien enseigner, mais uniquement de moyens de plus en plus importants que l’état (donc le contribuable) doit mettre à leur disposition pour maintenir un système en faillite qui a perdu de vue l’obligation…de tendre vers une obligation de résultats !

Mais le pire, dans cette affaire, est que les lycéens ne se sentant plus, continuent la lutte !

Extrait du point article du 18 12 2008 : « Malgré le report de la réforme du lycée annoncé lundi par Xavier DARCOS , la mobilisation des lycéens ne faiblit pas. Jeudi, selon la Direction générale de la police nationale, quelque 127.000 jeunes ont manifesté dans plusieurs villes de France, globalement dans le calme, sur fond de blocage de nombreux établissements scolaires. Peu de temps après, l'Union nationale lycéenne (UNL) est revenue sur les 80.000 manifestants dénombrés à un chiffre de 150.000, qualifiant la mobilisation d'"exceptionnelle". "Nous ne voulons pas de réforme du lycée qui légitime les suppressions de postes", a souligné Antoine EVENNOU, président de la première organisation lycéenne. »

Pour information, Antoine EVENNOU est un brillant lycéen de terminal (17 ans) qui lutte déjà comme un vieux syndicaliste en dénonçant « la casse du service public d’éducation ». Il est déjà dans le « plus de moyens » et ne parle jamais, bien entendu, du « plus de résultats ».

La reculade de DARCOS, qui n’est certainement pas un mauvais ministre mais qui a un peu trop fanfaronné (je ne suis pas le ministre de l’hésitation nationale) laisse présager une rentrée plus que chaude. Déjà notre syndicat chouchou, SUD EDUCATION,  se déchaine dans son site :

Il faut des luttes à la hauteur des enjeux !

Pour Sud Éducation, il faut absolument amplifier les luttes, car ce recul n’est pas suffisant ! Nous exigeons le retrait de toutes les réformes de démantèlement de l’Éducation nationale, de la maternelle (avec les projets de jardins d’éveil pour les petites et moyennes sections, la grande section étant destinée à être rattachée au primaire) à l’université (réforme du statut des enseignants-chercheurs, réforme des concours de recrutement des enseignants, etc.), les suppressions de postes, la disparition programmée des IUFM, la généralisation des bacs pro 3 ans (le report de l’examen au CSE des projets de maquettes sur le bac-pro 3 ans, qui devait avoir lieu vendredi dernier, constitue un autre recul du ministre).

Par conséquent, Sud Éducation appelle les enseignants :
 à débattre des nécessaires mobilisations dans tous les établissements et toutes les écoles ;
 à s’associer aux manifestations prévues cette semaine, en particulier le 18 ;
 à veiller à la sécurité des élèves : la stigmatisation de la violence du mouvement des lycéens, l’appel du représentant du syndicat des chefs d’établissement d’Aix-Marseille à faire intervenir la police en cas de blocage, ne laisse pas en effet de nous inquiéter.

Dans son communiqué, X. Darcos prétend que sa réforme « est bâtie sur un très large consensus des lycéens, des enseignants et des familles ».

Par l’action, dans la grève, dans la rue, dénonçons ce mensonge !

 

La rentrée sera donc chaude car les autres syndicats vont se déchainer et nous aurons le plaisir de cumuler une crise mondiale et une crise nationale qui sera, à mon avis, d’importance.

2009 sera certainement, à ce niveau là, un grand cru !

 

 

Géronte d’Allauch

9 réflexions sur “La « victoire » des lycéens.

  1. Quand un président de la république prétend qu’il n’est pas nécessaire qu’un fonctionnaire ait lu « la Princesse de Clèves » (cf. la réforme des concours de la fonction publique), il fait oeuvre de démagogie, de nivellement par le bas et conforte le processus de déliquescence des esprits.
    Il ne s’agit pas de défendre ce roman mais de comprendre que le mari de carla assassine plus largement dans ses dégoiseries la culture générale. Je ne parle pas du vernis à reluire nos bobos médiatiques ; j’entends « cet inutile savoir si utile à développer la réflexion, la curiosité intellectuelle et le sens critique ».
    Je ne saurais dire si cette posture présidentielle, qui sent de prime abord l’huile de friture, n’est pas finalement le meilleur moyen de limiter les capacités d’élaboration de nos congénères à l’appréhension simple d’un programme télé.
    Allez comprendre comment fonctionne un ascenseur (social) après ça !
    Si la rentrée devait être chaude cela n’aura pas d’effet sur la raideur cadavérique du corpus républicain ; nos syndiracaillons ne sont qu’un épiphénomène historique, quelques mouches bleues (le mucidé a une spécialisation colorée, faut suivre les gars!) peuplant les décombres.
    Considérant qu’il faut traiter le mal à la racine, je vous propose pour ce soir celle du pied de vigne ; nous ferons dans la simplicité avec un gigondas.
    Encore un que la princesse de clèves n’aura pas.

  2. @ PDM : J’ai suivi le traitement…et ça marche. Aujourd’hui je n’ai pas pensé une seconde à tout cela…tant le troupeau de bisons (qui chargeait de droite et de gauche et de gauche et de droite dans mon cerveau) m’a préoccupé toute la journée ! Ce soir je vais essayer le St NICOLAS de BOURGUEIL un peu frais, cela devrait faire office de rince cochon.
    Encore merci pour le conseil…..

  3. Bonjour je viens de tomber par hasard sur votre blog
    en cherchant education , syndicats , blocage .
    en grande partie d accord avec vous , ma fille actuellement
    en lycee participe aussi aux manifestations et je sens
    qu elle est entrainée dans ce mouvement de « gauchistes »
    et soutenue par ses profs ( en particulier les profs de langue)
    connaissez vous un moyen de lutter efficacement contre
    ces dérives ? j ai entendu parler d associations défendant
    l’ Ecole telle que nous la concevons et non telle qu ils la
    concoivent
    je me sens un peu désarmé face à tout cela
    tibere

  4. @ TIBERE : Je ne connais pas de moyens de lutter contre cela si ce n’est de mettre ses enfants dans les écoles privées ce que beaucoup de parents font (y compris, et j’ai des noms, des profs agitateurs gauchistes !).
    Il est vraiment triste de voir ces jeunes manipulés en train de se battre pour que perdure un système qui leur est totalement préjudiciable et qui ne sert que ceux qui en profitent à mort.
    Ce scandale dure depuis toujours.
    J’avais pensé, à une époque, me battre avec mon bulletin de vote mais force est de constater que tous les ministres qui ont essayé de réformer en profondeur ont sauté.

  5. Bonsoir,
    Je suis parent d’élève à Artaud, mon fils est actuellement en seconde, et je suis tombée sur votre blog en suivant les indications d’une amie. Votre nom circule je dois vous le dire! C’est parfois élogieux, parfois moins. Quant à moi, je le trouve très enrichissant et pertinent. On rit beaucoup, on ne s’ennuie jamais. Puisque vous proposez des noms de profs agitateurs, vous imaginez combien je serais intéressée pour sa prochaine première (savoir qui il doit éviter dans les deux années à venir). J’en ai vraiment marre de voir mon fils perdre son temps et me téléphoner pour me dire qu’il était seul en classe et que le prof n’a rien fait. Je sais que c’est peut-être mal vu, mais ne serait-il pas temps de donner au grand jour les noms de ces personnes irresponsables qui approuvent les bloqueurs qui n’ont que pour seuls souci de ne rien faire? Si vous pouvez m’aider? Et pourquoi ne sont-ils pas sanctionnés par leur hiérarchie pour incitation à je ne sais pas quoi, mais il faudrait trouver une dénomination, ne pensez-vous pas?
    Bien cordialement, cher Géronte.

  6. Des noms ??? Vous pensez réellement que des profs « gauchistes » acceptent le privé ? Je ne vois pas trop l’ intérêt de donner des noms . Cela dit on sait tous que des gens de gauche mettent leurs enfants dans le privé .
    Je réagis en père inquiet qui a vu le niveau de ma fille baisser
    en langues , pour qui j espère des études commerciales , de droit ou de journalisme ( ou autres..). Elle sera fortement pénalisée en espagnol et italien notamment , car notre pays n a pas voulu faire un effort important en terme de résultats dans l’ apprentissage des langues . J ai toujours cru en une école publique forte , disciplinée et adaptée au monde extérieur et mon vote depuis des années allait dans ce sens . Notre ministre
    a perdu une bataille mais pas la guerre …
    J avoue que je crains aussi de mauvaises fréquentations parmi les gens qu elle fréquente dans les manifestations …Que va t elle devenir ?
    Merci de m avoir répondu
    Tibère

  7. Le corps social comme sont homologue biologique s’adapte ; seules les ressources disponibles pour le faire sont un facteur limitant.
    Fut un temps où les enfants passèrent dans le secteur privé pour échapper à la kolkholization du public. Aujourd’hui, certains enfants ajoutent des cours particuliers en parallèle à leur cursus scolaire privé, pour échapper à la collectivisation de la médiocrité. Il est clair qu’une fois de plus l’ascenseur social en prend un sacré coup et que la morale sirupeuse de nos « élites politiques » joue fondamentalement dans la cour des privilèges ; pas seulement les leurs mais aussi ceux de leurs donneurs d’ordres.
    Nous n’avons pas fini d’observer ces étapes évolutives et je crains que la fragmentation du corps social ne soit la prochaine étape.
    Dépourvu d’une boule de cristal efficiente, je ne vois pas quels conseils donner pour ce qui nous attend. Tout au plus, je ne manque jamais une occasion de montrer et expliquer le dessous des cartes, de nos bateleurs de gauche comme de droite, à mes enfants afin qu’ils apprennent que toute « évidence » dissimule trop souvent une volonté d’influence. Ceci en prenant garde ne pas tomber dans la désespérance car c’est ainsi que l’on convainc à des âges où tout est encore possible, qu’il n’y a plus rien à entreprendre et que tout effort est vain.
    Vous comprendrez qu’il est moins dangeureux pour nos « élites » endogames de faire disperser un troupeau de jeunes braillards, qui finalement n’emmerdent que leurs semblables certes plus agés, que de devoir envisager pour leurs rejetons une concurence au mérite dans l’anonymat des concours aux grandes écoles. Je schématise mais le principe est là.
    Heureusement, certains percent ses barbelés invisibles et l’ascension est alors bien réelle ; cela ne doit pas nous rassurer mais seulement nous confirmer qu’il existe un âge où tout est encore possible. Encore faut il ne pas succomber aux tourments faciles de l’inaction.

  8. Je voulais laisser de côté la question de nos syndicats et autres corpuscules « progressistes » afin de ne pas tomber dans la facilité.
    Pourtant, j’aimerais vous soumettre ce questionnement :
    Considérant leur raison d’exister et leur fond de commerce, ont ils intérêt à voir disparaître les « damnés de la terre » ?
    Pensez vous que « l’alphabétisation des foules » soit un moyen de mettre fin à la « damnation » ?
    Il y a-t-il plus ou moins de facilité à mobiliser un esprit critique ?
    Un esprit retors serait-il capable d’imaginer le « patronat » finançant le « prolétariat » dans une association d’intérêts, ô combien machiavélique ?
    Je divague … autant envisager que l’UIMM ait un jour verser quelques monnaies à la CGT.

  9. Bonjour,
    Je crois que certains s’égarent, heureusement tous les profs ne sont pas des gauchistes, et certains ne font pas la grève, mais c’est vrai qu’il leur faut beaucoup de courage pour résister aux pressions de leurs soi disant collègues ! Quant à faire italien ou espagnol pour une école de commerce Tibère c’est symbolique du déclin de la France, et des propos du président Sarkozy sur la méditerranée ! De notre temps les élèves intéressés par le commerce faisait allemand, je vous le conseille pour l’avenir de votre enfant !
    En tout cas j’encourage tous les parents responsables à ne pas laisser leurs enfants se faire embrigader !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s