Accueil » Actualité » Les poulets tirés comme des lapins.

Les poulets tirés comme des lapins.

Petit à petit, sans que les faiseurs d'actualité ne s'en offusquent plus que cela, une violence incroyable s'installe dans nos cités. Il est déplorable de constater que tout ce qui est prompt à descendre dans la rue ne se mobilise absolument pas pour dénoncer cette inquiétante dérive. Déjà, la folie qui s'était emparée de nos îles n'avait soulevé que peu de commentaires et de réactions de la part de la France bien pensante. Mais le risque d'être traité de "réac sécuritaire" étant réel, le silence est de rigueur.

Jusqu'à quand allons nous tolérer que des bandes de crapuleux tirent à balles réelles sur nos forces de l'ordre ? De véritables embuscades sont mises en place comme cela vient de se passer aux Mureaux. Je cite le FIGARO :

" Dès 20 heures, des habitants des cités des Musiciens et de la Vigne blanche, dans les Yvelines, signalent aux secours une coupure de courant simultanée dans chacun de leur quartier. «Cette interruption de l'électricité était a priori sans raison déterminée, décrypte-t-on à la sécurité publique. Nous pensons qu'elle était préparatoire à des actions violentes.»

Dans la foulée, des automobilistes avertissent police secours que des bandes d'inconnus souvent mineurs se forment en divers endroits. Des brigades anticriminalité (BAC), des compagnies d'intervention et des CRS convergent vers le périmètre. «D'emblée, les rassemblements ont été hostiles», note un fonctionnaire. Intervenant sur un incendie de voiture, plusieurs membres des forces de l'ordre essuient une volée de pierres lancées et se dégagent en ripostant avec des grenades lacrymogènes. La tension est à son pa­ro­xysme vers 21 h 15, lors de la dispersion d'une trentaine d'émeutiers. «En retrait, un tireur armé d'un fusil de chasse a ouvert le feu à plusieurs reprises, droit sur nos effectifs», explique un commissaire."

Et il y a de plus en plus de cas comme celui-ci. Un commissariat de l'Essonne (Montgeron) a également été attaqué, dans la nuit, à l'arme de chasse.

Le plus inquiétant, dans cette affaire, est que, petit à petit, nous nous habituons à cette effrayante dérive. Jusqu'à quand ?

Géronte d'Allauch

3 réflexions sur “Les poulets tirés comme des lapins.

  1. Là aussi, la France n’est pas le seul pays à avoir ce problème. La police allemande commence à se plaindre d’être la cible choisie des actes crminelles et qu’elle en a marre, qu’il faut faire réagir contre.
    Je pense que la situation actuelle est encore une conséquence de la fameuse année 1968 où tout fut chambouillé pour un nouveau ordre – celui de l’anarchie.
    Malheureusement, la classe politique n’a plus la force et encore moins le courage de remettre de l’ordre avec des mesures de bons sens et non de bla-bla bla-bla médiatque pour y rémedeir à l’abandon de l’ordre et de la justice, le respect du bien d’autrui, de la vie d’autrui et de la loi. Il est plus que déplorable que les média sont plus di coté des casseurs, de la racaille de celle de la police ou de l’armée – probablement pense-t-elle être encore à l’époque où elle reformait un nouveau monde comme en 45 ou en 68. Loupé! Le train est parti depuis longtemps et l’éducation anti-autoritaire pronée depuis d`s les années 1970, font qu’aujourd les « jeunes » disent qu’ils ont tout les droits et que les gouvernements doivent se plaire à leur exigences et souhaits.
    Bonne soirée

  2. Un homme se présente au cinéma avec un poulet sur l’épaule. Il demande à la caissière : Deux billets S.V.P.
    La caissière lui demande alors : Le deuxième billet est pour qui ?
    L’homme de répondre : Pour mon poulet bien sûr !
    La caissière lui fait remarquer que le cinéma est interdit aux animaux. L’homme se dirige donc à l’arrière du bâtiment et met le poulet dans son pantalon.
    Il retourne alors au cinéma, prend un billet et entre s’asseoir. Le poulet étant un peu à l’étroit et commençant à avoir chaud, l’homme ouvre sa braguette afin que le poulet puisse voir le film en passant sa tête par l’ouverture.
    Assise tout près de l’homme, une femme remarque le geste de l’homme et dit à son amie : L’homme à côté de moi vient d’ouvrir sa braguette.
    Sa copine lui répond : Tu sais, quand on en a vu une… on les a toutes vues !
    Et la femme lui répond : Je sais, mais celle-là, elle mange mon pop-corn…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s