Accueil » Politique » Le péesse trouve ses propositions de loi … au cinéma !

Le péesse trouve ses propositions de loi … au cinéma !

Il y a des nouvelles qui pourraient être drôles si elles n' étaient pathétiquement pitoyables.

C' est après avoir vu le film de Philippe Lioret ( qui se prend, avec une suffisance rare, pour un opposant à un régime totalitaire ) avec le pathé-tic Vincent Lindon, que les députés socialistes vont déposer une proposition de loi visant à dépénaliser l' aide apportée aux clandestins. Le nouvel'Obs la baptise d' ailleurs proposition de loi " Welcome "   Lire ici
On croit toujours que les socialos ont touché le fond; ils arrivent à gratter encore quelques millimètres … Faut-il qu' ils soient à la ramasse, les copains de Martine, pour trouver l' inspiration au cinoche ! On savait déjà qu' ils avaient vu l' intégrale des " Charlots ", mais là !
Elle est bien loin l' époque de " Z " ou de " L' aveu ", où c' était le cinéma qui mettait en scène la politique, et pas l' inverse. Triste, triste époque. 
lenonce

4 réflexions sur “Le péesse trouve ses propositions de loi … au cinéma !

  1.  » l’hypocrisie est un vice à la mode et tous les vices à la mode passent pour vertus. Le personnage d’homme de bien est le meilleur de tous les personnages qu’on puisse jouer aujourd’hui et la profession d’hypocrite a de merveilleux avantages.
    C’est un art de qui l’imposture est toujours respectée et quoiqu’on la découvre, on n’ose rien dire contre elle. Tous les autres vices des hommes sont exposés à la censure et chacun a la liberté de les attaquer hautement, mais l’hypocrisie est un vice privilégié qui de sa main ferme la bouche à tout le monde et jouit en repos d’une impunité souveraine.
    On lie à force de grimaces une société étroite avec tous les gens du parti ; qui en choque un, se les jette tous sur les bras, et ceux que l’on sait même agir de bonne foi là-dessus, et que chacun connaît pour être véritablement touchés : ceux-là, dis-je, sont toujours les dupes des autres, ils donnent hautement dans le panneau des grimaciers et appuient aveuglément les singes de leurs actions.  »

  2. Voilà des mots qui vous mettent en pleine forme dès potron-minet ! Qui donc pourrait distiller un tantinet d’optimisme (pas béat, non plus), juste pour nous permettre de nous tenir la tête hors de l’eau plutôt que de l’enfoncer plus profond chaque jour ? Ou nous faire au moins sourire même si une sale journée commence, à la veille d’un week-end qui s’annonce printanier ?

  3. Ah, ici on lit de belles choses : qualifier Vincent Lindon de Pathé-tic est une trouvaille. Dire « dès potron-minet » pour parler de l’aube est délicieux (pour qui aime donner sa langue au chat).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s