Accueil » Actualité » Fuite de Ben Ali: la vengeance posthume de Bourguiba !

Fuite de Ben Ali: la vengeance posthume de Bourguiba !

Bourguiba1erministre La "révolution" tunisienne a mis en évidence une donnée bien connue de nous autres méridionaux: les tunisiens ne ressemblent, ni aux algériens, ni aux marocains, ni aux égyptiens.

Voyez les interview des manifestants, leur élocution, leur maitrise de la langue, la pertinence de leurs analyses. Les tunisiens sont un peuple éduqué (le taux d'alphabétisation des adultes atteint 78 %) et leur expression tranche sur les images traditionnelles de ce que l' on nomme communément "la rue arabe" et ses foules hystériques de blédards analphabètes.

Ils doivent cela principalement au combattant suprême, Habib Bourguiba, qui lança une grande réforme de l' éducation dès les années 1960. Diminué physiquement, il sera destitué en 1987 par son premier ministre: Zine el-Abidinne Ben Ali !

Et c'est pourquoi il faut aider la Tunisie de toutes nos forces, éviter les déclarations à la con (pas vrai MAM!) et surtout, surtout, empêcher par tous les moyens la prise de pouvoir des barbus, hypothèse qui ne paraît pas la plus vraisemblable, mais qui n'est pas à exclure et qui fiche la trouille …

lenonce

6 réflexions sur “Fuite de Ben Ali: la vengeance posthume de Bourguiba !

  1. Je te rejoins totalement ! Les Tunisiens méritent une réelle démocratie, on la leur souhaite. Et que la France ne commette pas d’impair, comme elle sait parfois si bien le faire par l’entremise de certains de ses politicards !

  2. Les quidams qui ont une revanche à prendre sur la vie sont toxiques pour la Vie en général et la notre en particulier.
    Ils distillent des reptations du fond de leur cloaque intérieur, poussés par le reflexe nauséeux de leur propre humeur merdeuse et projetant sur nous leurs desseins les plus puants.
    Je ne peux m’empêcher de penser aux vers de Verlaine :
    « Je suis l’Empire à la fin de la décadence
    Qui regarde passer les grands Barbares blancs »

  3. nos valeureux journalistes sont d’un courage exemplaire:à peine enfui le président BenAli est enfin appelé dictateur au péril de leurs vies.Le président chinois doit trembler:si la presse francaise découvre ses pratiques gare à lui!
    au fait comment doit on appeler Gbagbo chers Rouletabilles?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s