Accueil » Communautarisme » Pourquoi l’ islam doit disparaitre*

Pourquoi l’ islam doit disparaitre*

Toujours sur le devant de la scène, l’ islam vient de déclencher une polémique dont lui seul a le secret. Les musulmans doivent-ils manifester leur désapprobation envers les facéties décollatoires de Daesh ? Résumons les positions de la classe politique:

– la gauche de la gauche, pro-palestinienne et islamolâtre est farouchement contre.

– la gauche socialiste ne sait pas, et les blogueurs appointés sont à l’ image de leur président: des limaces sans conviction. D’ un côté il ne faut pas stigmatiser, de l’ autre l’ islam les emmerde à cause du sacro-saint principe de laïcité.

– le centre est égal à lui-même: introuvable. Vous souvenez-vous d’une seule déclaration de Yves Légo ou de Marielle Décharnez ?

– la droite demande aux musulmans de descendre dans la rue en masse pour …. mais enfin, pour quoi faire, finalement ?

– l’ extrême-droite fait profil bas: elle est dans une dynamique forte, et ne veut pas entrer dans une polémique qui risque au final de la desservir.

Je n’ ai pas un avis tranché sur la question, mais ce que je peux dire c’ est que je ne serais pas rassuré de voir nos cinq millions de musulmans descendre dans les rues pour vociférer leur rejet du califat … Clairement, ça me foutrait un peu les jetons.

Car le fond du problème est là. On s ‘en tape de savoir ce que pensent les musulmans. On ne devrait même pas se poser la question de savoir qui est musulman ou qui ne l’ est pas, quand on croise un de nos concitoyens dans la rue. Vous reconnaissez, vous, au premier coup d’ œil, un catholique d’ un protestant, d’ un anabaptiste ou d’ un adventiste du 8ème jour ? Moi, non. Mais pour ça, il faudrait qu’ ils abandonnent leurs voiles, hijabs, djellabas, barbes, culs en bombe dans nos rues et autres signes ostentatoires à la con, et prennent exemple sur les autres religions: une main de fatma autour du cou, et basta.

L’ islam doit disparaitre de l’ espace public et regagner la sphère privée. C’ est la seule solution pour vivre ensemble dans le respect mutuel.

lenonce

* What did you expect ?

30 réflexions sur “Pourquoi l’ islam doit disparaitre*

  1. Je n’ai pas non plus un avis bien tranché sur la question, cependant je crois que, si les musulmans manifestent, on dira qu’ils ont tort, et s’ils ne manifestent pas, on dira qu’ils auraient dû manifester !
    « L’islam doit disparaître de l’espace public et regagner la sphère privée. C’est la seule solution pour vivre ensemble dans le respect mutuel. » Là j’ai un avis bien tranché : je suis 100% d’accord.
    Donc une manif qui regrouperait tous les anti-Daesh et où les musulmans se fondraient, anonymes, sans signe distinctif, dans la masse ? Rêvons, rêvons, rêvons.. et gémissons !

  2. Aujourd’hui ayons une pensée pour Saint-Jérôme à propos duquel Wikipédia nous informe que :
     » Saint Jérôme, né vers 347 à Stridon, à la frontière entre la Pannonie et la Dalmatie (actuelle Croatie) et mort le 30 septembre 420 à Bethléem, est un moine, traducteur de la Bible, docteur de l’Église et l’un des quatre pères de l’Église latine, Jérôme est aussi utilisé dans la langue vernaculaire de nombreux îliens pour désigner les gnomes du maquis et autres créatures de taille réduite aux appétits libidineux en proportion inverse. »

  3. Mais il répond l’effronté ! Foutriquet dont les traces baveuses, pareilles à un débordement de fosse septique, tracent le chemin fétide de l’émonctoire où il se tapit ; la marge anale est son aventure, la flatulence humide son cri de guerre.

  4. J’ ai donc touché juste, tel le fer rouge fouaillant le rectum, dilaté et encore humide du sperme de ses amants, d’ Edouard II le sodomite, et peut contempler, dans les remugles nauséabonds d’ une prose méphitique, l’ éblouissante lumière de ma Gloire !

  5. Une éblouissante lumière à moins d’un mêtre vingt du sol … ? Devinons une de ces flatulences saturées en méthane que quelques bovins placides auraient négligement laché à la vacuité glorieuse de tout ces rectums affamés de soubresauts chiasseux dont ils tartinent les innombrables pages de commentaires.
    A moins que ce ne soit quelques morpions ukrainiens & irradiés vaquant dans les obscurités pubiennes de ces aimables gnomes syphilitiques dont la prose abortive n’épargnera pas le mérite juste et patient.

  6.  » Loin d’eux. Vois se pencher les défuntes Années,
    Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
    Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;
    Le Soleil moribond s’endormir sous une arche,
    Et, comme un long linceul traînant à l’Orient,
    Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche. »

  7. « La vie est un voyage
    Dans l’hiver et dans la nuit,
    Nous cherchons notre passage.
    Dans le ciel où rien ne luit »

  8. « il n’y a aucun
    salut :
    nous somme tous
    soumis
    à un destin singulier.
    personne ne trouve son pendant.

    la ville se remplit d’ordures
    les dépotoirs se remplissent
    les asiles se remplissent
    les hôpitaux se remplissent
    les cimetières se remplissent
    ce sont bien les seules choses
    qui se remplissent. »

  9. Merci ma couille pour berthelot : je ne connaissais pas le défi d' »omphe » : sublime.

    Bande de peigne-cul, fesse-matthieu, tire-bourse, bref gros-enculés, ma gratitude se mesure à l’aune des boursouflures de vos exsudats hémorroïdaires, bref je vous livre ceci :

    La fracture sociale ?… à la fin du spectacle nous serons fixés sans nuance..

    • Combien d’entre vous ont suivi cette vidéo ?
      Aucune charia, aucune bible, aucun rituel, aucun programme politique ne vous offrira ce ravissement de l’écriture, de la langue et de la liberté de ton d’un Luchini.
      La fracture sociale est tout entière dans cette question.

  10.  » La chair recouvre les os
    et ils y mettent un cerveau et parfois une âme,
    et les femmes jettent les vases contre les murs
    et les hommes boivent beaucoup trop
    et personne ne trouve son pendant
    mais tous gardent un espoir rampant d’un lit
    à l’autre.la chair recouvre les os et la chair cherche
    plus cher que la chair. »

    Cruella, à citer Bukowski :
     » le paranoïaque , est celui qui a tout compris »

  11. « Seul. De quel tigre a rêvé ma mère enceinte de moi ? Quand je pense que j’ai aimé les fleurs, les prairies et les sonnets de Pétrarque, le spectre de ma jeunesse se lève devant moi en frissonnant. ô Dieu ! pourquoi ce seul mot, « à ce soir », fait-il pénétrer jusque dans mes os cette joie brûlante comme un fer rouge ? De quelles entrailles fauves, de quels velus embrassements suis-je donc sorti ? »

  12. « Si les fenêtres de la perception étaient nettoyées, chaque chose apparaîtrait à l’homme, – ainsi qu’elle l’est – infinie.
    Car l’homme s’est lui-même enfermé jusqu’à ne plus rien voir qu’à travers les fissures étroites de sa caverne. »

  13.  » Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu’il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison ; car, à moins qu’il n’apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension d’esprit égale au moins à sa défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont
    son âme comme l’eau le sucre. »


  14. Les dingues et les paumés s’arrachent leur placenta
    Et se greffent un pavé à la place du cerveau
    Puis s´offrent des mygales au bout d´un bazooka
    En se faisant danser jusqu’au dernier mambo.
    Ce sont des loups frileux au bras d´une autre mort,
    Piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal.
    Ils ont cru s´enivrer des chants de Maldoror
    Et maintenant, ils s´écroulent dans leur ombre animale

  15. « J’assiste, terrifié, à la diminution de ma haine des hommes, au relâchement du dernier lien qui me reliait à eux. »

    • Ne t’inquiète pas, ce n’est peut-être que passager. Et il reste les femmes à haïr… Avant de sombrer dans l’indifférence, dernier stade avant la mort.

  16. « La Cruauté a un Coeur Humain,
    Et la Jalousie une Figure Humaine;
    La Terreur a la Divine Forme Humaine,
    Et le Mystère a le Vêtement de l’Homme.
    Le Vêtement de l’Homme est le Fer que l’on forge,
    La Forme humaine, une Forge de flamme,
    La Figure humaine, une Fournaise scellée,
    Le Coeur Humain, sa Gorge affamée. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s