Ebola: la grande déconnante de la prise de température

Marisol Touraine se voit en Ebola queen: pas un jour où elle ne commentent la progression ( ou pas ) du virus, les patients contaminés ( ou pas ), enfin tout ce qui devrait être réservé aux organismes spécialisés comme l’ INVS, beaux yeux se l’ attribue avec gourmandise.

Dernière mesure: prendre la température des passagers en provenance de Guinée Conakry. Pourquoi que la Guinée ? Mystère. Bref, voilà que l’ on mesure la température des passagers, qui se réjouissent que ça ne dure pas longtemps, que ça ne fasse pas mal (certains devaient penser qu’ on allait leur prendre en rectal … ) et demandent surtout ( car c’ est évidemment le plus important ) qu’ ils ne soient pas stigmatisés !

J’ ai des doutes sur une telle mesure en raison du délais d’ incubation de 2 à 21 jours: un passager peut donc être porteur et n’ avoir pas encore de signe.

Mais Marisol a tout prévu. Une fiche est remise aux passagers qui se surveilleront la température pendant trois semaines, et ( c’ est là que ça devient cocasse ) noteront tous les contacts qu’ ils ont pu avoir ! Mais en trois semaines, un guinéen a rencontré toute sa communauté, plus ceux qu’ il aura croisé par hasard, plus tous les pauvres gens du métro, etc, etc, …

Donc, de beaux jours se préparent. Attendons celui ou le premier cas va se déclarer en France, et la grande panique qui va s’ en suivre …

lenonce

Obama n’obtiendra pas le prix Nobel de la guerre

Je n’ ai jamais partagé les exclamations enthousiastes de nos merdiques médias sur ce que je considère être le Hollande étasunien. Obama me semble, en matière de conflit, au moins aussi incompétent que Bush, et beaucoup moins drôle. Comment ce triste pantin peut-il espérer gagner le conflit contre l’EI sans troupes au sol ? C’est un mystère, quand toute l’ histoire montre le contraire.

La fin de la deuxième guerre mondiale, avec Berlin écrasé sous les bombes, a vu les SS se battre jusqu’ à la porte du bunker d’ Adolph, la napalmisation consciencieuse du Viet cong n’ a jamais permis d’ en venir à bout (napalm utilisé en premier par De Lattre, le « roi Jean » comme le surnommait Bodard, qui s’ étonnait de voir ressortir le Viet minh après un arrosage en règle, comme les escargots après la pluie), plus récemment, l’ intervention au Mali, qui, même avec des troupes au sol, n’ a pu que sauver la capitale et le ramassis de politicards à la gomme maintenus en place par la France, etc, etc, etc, …

Une exception, la chute du régime Libyen, où nous ne sommes pas intervenus au sol mais avons armé massivement les rebelles et négocié la reddition des mercenaires à la solde de Khadafi, le résultat étant que, maintenant, le pays est complètement incontrôlable !

Une autre exception, et de taille, la capitulation du Japon, après leur avoir balancé deux bombes atomiques.

Il n’ y a donc qu’ une alternative si on veut gagner contre EI:

– intervenir massivement, comme durant la bataille d’ Alger où 10.000 paras ont investi la médina, mais dans le cas présent, pas à deux contre un, mais à 10 contre un. Ce n’est pas très difficile. Ils sont au plus 50.000, l’ ONU devrait pouvoir lever une armée international de 5 millions d’ hommes. On les fait rentrer sur le territoire contrôlé d’ un côté, on tue tout le monde, on ressort de l’ autre côté. Fin du conflit. C’ est ce qu’ a fait le Sri Lanka pour se débarrasser des tamouls, c’ est ce qu’ a fait Poutine avec les Tchétchènes. Une condition: ne pas mettre les drapeaux en berne à chaque fois qu’ un militaire se fait tuer …

– passer le dit territoire à la bombe à neutrons. C’ est simple, propre, et on peut reloger les kurdes immédiatement après dans les maisons intacts …

A part comme ça, je ne vois pas de solution à ce conflit.

lenonce

obama-unpopular