Accueil » Uncategorized » Toi aussi deviens zadiste

Toi aussi deviens zadiste

Comme la mandragore aux pieds du pendu, chaque épisode tragique ou comique de notre roman national voit fleurir de nouveaux mots que les journaleux relaient avec délectation , tout fiers, les cons, de croire qu’ ils font ainsi l’ histoire.

Dernier en date: zadiste. Les journaleux le répètent à l’ envi, comme s’ il avait toujours fait partie de notre vocabulaire. Pour ceux que ça intéresse, un zadiste, ça ressemble à ça:

zadistes

Notez le travail et la recherche, tant capillaire que vestimentaire.

Un zadiste donc, défend par tous moyens à sa disposition (bouse de vache, cailloux ou cocktail Molotov) une ZAD c’ est à dire une zone à défendre. Les deux faisant l’ actualité sont Notre Dame des Landes et Sivens, mais je compte sur nos merdiques médias pour faire la promotion de bien d’ autres dans les jours à venir.

Là où ça devient très drôle, c’ est que les zadistes sont les premiers à faire la promotion de l’ altermondialisme, des frontières ouvertes, de l’ accueil massif de pu-du-cul du monde entier, sans qu’ ils y voient une contradiction avec leur engagement local.

En fait, moi aussi je suis zadiste: je veux faire de la France une Zone à défendre

lenonce

29 réflexions sur “Toi aussi deviens zadiste

  1. Très juste !
    Et le cliché vaut aussi le détour pour admirer deux spécimens de crasseux fiers de leurs contradictions.
    Justement, hier, alors que l’on était en train de me donner le ticket de caisse en sortie de station essence et qu’il y avait un petit embouteillage devant nous, ce même type de couple crasseux (avec un bébé sur les sièges arrières) dans un véhicule tout aussi pouilleux ne m’ont pas laissé passer, collant au plus près la voiture devant eux, à la manière de vieux pépés.
    Ils sont normalement solidaires, adeptes du partage, de l’ouverture à l’autre,… non ??!!… 😉
    Contradiction même là…
    Ma fille de 12 ans qui m’accompagnait a ainsi pu constater que son réac de père disait vrai !
    Bref, un belle brochette de jeanfoutre à déglinguer.

  2. Dominique, comme tout être humain assoiffé, les zadistes tiquent quand ils n’ont pas eu leur quota de bière. Mais quand ils ont fait le plein, les zadistes hic !

  3. J’ai lu tout à l’heure qu’une jeune Zadiste explique souvent aux gens qui la prennent en auto-stop : « On peut vivre parfaitement heureux en dépensant 40 euros par mois… à condition de se passer du superflu et de fabriquer soi-même le reste. »
    Ben voyons, en utilisant les voitures des autres, sans participer aux frais engendrés : l’essence qu’ils mettent dedans, leurs frais de garagiste, leurs contraventions, leur parking…
    Vivre aux crochets des autres, ça ne coûte pas cher, c’est évident !.

  4. D’évidence nihil novi sub sole.
    Pour égayer oncques benoite-gens, mais fesse-matthieu, coupe-bourse, traine-rapière et autres suce-couilles voici la version 1981, seule reprise (à ma connaissance) de l’artiste de sa version 1955 qui en fit une étoile flamboyante :

  5. Je me rends compte que la vidéo peut paraître longue ; imaginez simplement que vous êtes à la mi-temps d’un match de D1.
    Tout va s’accélérer …

  6. Ô docte Montasegua !
    Moi qui n’est même pas « bac », suis-je digne de cliquer sur votre vidéo ?
    (et débats …)

  7. Merci Cruella de relancer l’éternel débat sur un point instrumental : Bach aurait-il composé de la même façon si il avait eu le « piano » à sa disposition ? Je pense que son expertise du contrepoint aurait dépassé cette enculette réflexive.
    Je vois quelques mouches serrer les fesses ; elles ont raison car ce débat pourrait en faire des victimes collatérales.

    • Relancer un débat? Ah que nenni !
      Je n’ai même pas honte de dire que je ne comprends pas où tu veux en venir, peu importe. J’ai nulle envie de secouer les quelques neurones dont la nature, ô combien généreuse, m’a doté … et puis je suis dans un état de paresse « grave »!
      J’avais un autre but, celui de te provoquer!
      Je suis cruellement contente! Je me félicite, je m’adore et je m’embrasse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s