Accueil » Actualité » C’est vers où La Mecque? C’est Verdun …

C’est vers où La Mecque? C’est Verdun …

verdun(merci à corto pour m’avoir fait remarquer ce détail de la consternante cérémonie de commémoration « j’irai courir sur vos tombes »).

lenonce

13 réflexions sur “C’est vers où La Mecque? C’est Verdun …

  1. T’as voulu voir Vierzon
    Et on a vu Vierzon
    T’as voulu voir Vesoul
    Et on a vu Vesoul
    T’as voulu voir Honfleur
    Et on a vu Honfleur
    T’as voulu voir Hambourg
    Et on a vu Hambourg
    J’ai voulu voir Anvers
    On a revu Hambourg
    J’ai voulu voir Verdun
    Et on a vu La Mecque
    Comme toujours !

    • « Jaurès » – Jacques Brel :

      « Ils étaient usés à quinze ans
      Ils finissaient en débutant
      Les douze mois s’appelaient décembre
      Quelle vie ont eu nos grand-parents
      Entre l’absinthe et les grand-messes
      Ils étaient vieux avant que d’être
      Quinze heures par jour le corps en laisse
      Laissent au visage un teint de cendres
      Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître

      Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
      Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

      On ne peut pas dire qu’ils furent esclaves
      De là à dire qu’ils ont vécu
      Lorsque l’on part aussi vaincu
      C’est dur de sortir de l’enclave
      Et pourtant l’espoir fleurissait
      Dans les rêves qui montaient aux cieux
      Des quelques ceux qui refusaient
      De ramper jusqu’à la vieillesse
      Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur

      Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
      Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

      Si par malheur ils survivaient
      C’était pour partir à la guerre
      C’était pour finir à la guerre
      Aux ordres de quelque sabreur
      Qui exigeait du bout des lèvres
      Qu’ils aillent ouvrir au champ d’horreur
      Leurs vingt ans qui n’avaient pu naître
      Et ils mouraient à pleine peur
      Tout miséreux oui notre bon Maître
      Couverts de prèles oui notre Monsieur
      Demandez-vous belle jeunesse
      Le temps de l’ombre d’un souvenir
      Le temps de souffle d’un soupir

      Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
      Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? »

  2. Au risque du malentendu, je ne vois dans cette photo que la stricte démonstration de la laïcité : morts pour la France (et accessoirement pour les générations décadentes qui suivirent) dans la stricte égalité des souffrances endurées, puis seul (six pieds sous terre) selon ses croyances ; c’est un minimum, à mon sens.
    Le soldat sous cette stèle, fut-elle orientée vers la Mecque, aurait possiblement bien des choses à apprendre aux aigrefins donneurs de leçon, et autres dégénérés festifs et penseurs creux aux indignations convenues.
    Il me souvient que la famille de notre hôte aurait payé son tribut à cette guerre ; la mienne aussi : je ne conçois aucune amertume à ce qu’ils soient enterrés à côté de leurs compagnons d’infortune, y compris orientés vers la Kaaba..

    A ce point de conchitude, je trouve que « l’après-guerre » a cet inconvénient sur « le pendant-la guerre » : trop de place à l’opinion.

    http://people.rennes.inria.fr/Jean-Pierre.Banatre/mort-loup-vigny.pdf

    • « Il existe pour le pauvre en ce monde deux grandes manières de crever, soit par l’indifférence absolue de vos semblables en temps de paix, ou par la passion homicide des mêmes en la guerre venue. S’ils se mettent à penser à vous, c’est à votre torture qu’ils songent aussitôt les autres, et rien qu’à ça. On ne les intéresse que saignants les salauds ! (…) Dans l’imminence de l’abattoir, on ne spécule plus beaucoup sur les choses de son avenir, on ne pense guère qu’à s’aimer pendant les jours qui vous restent puisque c’est le seul moyen d’oublier son corps un peu, qu’on va vous écorcher bientôt du haut en bas.(…) Je me prenais pour un idéaliste, c’est ainsi qu’on appelle ses propres petits instincts habillés en grands mots. »

      • Dis moi Céline, serait-il donc revenu
        Du « Voyage au bout de la nuit » Bardamu ?

      • « Notre vie est un voyage.
        Dans l’hiver et dans la Nuit,
        Nous cherchons notre passage.
        Dans le Ciel où rien ne luit. »

        A l’instar d’autres voyages, celui-ci ne voit jamais repasser aucun voyageur..

    • « A voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse
      Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse. »
      Cher pdm, mon propos, tu l’as bien compris, n’est pas destiné à minimiser le courage de ces soldats, mais de fustiger cette volonté perpétuelle de donner des gages à cette communauté, sans vraiment être, c’est le moins qu’on puisse dire, payé de retour!
      Le metteur en scène aurait pu, mais c’était moins « main stream », se focaliser sur les canadiens, ou les britanniques (respectivement 4000 et 250000 morts à Paschendaele), mais surtout, surtout, sur ces français dont les noms couvrent les quatre faces des monuments aux morts de la plupart de nos plus petits villages.
      (La scène d’après montre quelques inscriptions en hébreux, pour faire bonne mesure!)

      • – Ah ! je t’ai bien compris, sauvage blogueur,
        Et ton dernier commentaire m’est allé jusqu’au cœur !

        La question qui se pose alors est : comment issus d’une même communauté nous y trouvons autant de cons aujourd’hui et d’en d’autres par ailleurs ? Car si celle-ci a pour l’instant le pompon de l’impunité arrogante, je dois constater que de nombreux rivaux « communautaires » polluent ce qui devrait se résumer au seul espace défini par la République.
        Nos cimetières militaires sont les tristes témoignages laissés par ceux qui concevaient encore cet espace là.

      • Je vous comprends tous les deux.
        Mais de même que notre Poste nationale a commis en 2008 un timbre à l’effigie d’Abd el-Kader, j’attends toujours le timbre algérien représentant au moins l’un des généraux Bugeaud, Damrémont, Drouet d’Erlon, du Duc D’Aumale ou plus proche chronologiquement de Bigeard et Massu …
        Et je n’ose imaginer les cris d’orfraies si notre Poste Française avait émis un timbre Houphouët-Boigny, Pinochet ou Rommel !
        Ah, ah, j’imagine bien une série philatélique spéciale « littérature »:
        Brasillach, Céline, Drieu la Rochelle, Maurras !

  3. Ex-philatéliste, ce qui contribua grandement à ma culture tout comme les albums Panini des Coupes d’Europe de football, je remarque que notre Poste Française trouva bien matière à un timbre pour Abd el-Kader, tandis que pour le lieutenant-colonel Dimitri Amilakvari …

  4. Voyageons, donc !
    De ce vieil Alfred, qui nous a tant émus avec sa « Mort du loup » et qui nous interroge sur le sens du voyage :
    « Voyager, dîtes-vous ? Que signifie le voyage ? Quand même je serais transporté tout à coup à l’île Hong-Kong ou à Grenade, qu’y ferais-je ? Un coup d’oeil m’en conserverait l’aspect. Puis, ce moment passé, je reprendrais mes rêves de philosophie, mes extases de poésie, mes songes métaphysiques. Quelle terre serait assez nouvelle à ma pensée pour l’étonner ? Quel pays existe dont elle ne puisse faire d’avance la peinture ? Quelle contrée attirerait mes regards au point de les détourner du ciel, et le ciel n’est-il pas partout ?
    Assieds-toi donc, lève la tête au ciel, regarde et pense. »
    … à ce cher Louis-Ferdinand, qui nous accompagne jusqu’au bout de la nuit :
    « Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déception et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. Il va de la vie à la mort. Hommes, bêtes, villes et choses, tout est imaginé. C’est un roman, rien qu’une histoire fictive. Littré le dit, qui ne se trompe jamais. Et puis d’abord tout le monde peut en faire autant. Il suffit de fermer les yeux. C’est de l’autre côté de la vie. »
    Voyageons… au bout de l’enfer !
    Moi j’m’en fous, j’irai tout droit au paradis des succubes !

    • Dans l’attente, « soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien » dans l’Enfer des anges.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s