C’est donc prouvé: E.Macron est un prétentieux petit c..!

Dans cette vente perpétuelle du produit Macron par nos merdiques médias, voilà que sort le livre de Patrick Besson, écrit pendant la campagne. Et je lis ceci dans un article de BFMacronTV, intitulé:  » Quand Macron se compare (deux fois) à Napoléon « . 

« Philippe Besson fait remarquer au Président l’endogamie qui se dégage de son entourage: autour d’Emmanuel Macron, beaucoup de jeunes actifs, fraîchement diplômés ou exerçant souvent des professions intellectuelles. La réponse ne se fait pas attendre: Il y a beaucoup de jeunes, oui, et de diplômés, oui. J’assume. Les maréchaux d’Empire (qui entouraient Napoléon) étaient jeunes et ce n’étaient pas des paysans, ils avaient fait l’école de guerre. »

Féru d’histoire napoléonienne, ce n’est pas le souvenir que j’avais de ceux-ci. J’ai donc fait une rapide (et non exhaustive) recherche sur wikipédia. Voilà les premiers résultats:

  • Murat: dernier des onze enfants d’un couple d’aubergistes
  • Ney: fils d’un artisan tonnelier
  • Lannes (le plus grand!): fils d’un colporteur, ou cultivateur, selon les sources
  • Augereau: fils d’un domestique devenu maçon
  • Masséna: orphelin d’un commerçant, il est mousse pendant 14 ans dans la marine marchande

Pour ceux qui étaient déjà dans l’armée, ils ne pouvaient, en tant que roturier, dépasser le grade d’adjudant. Et il n’y avait pas plus d’école de guerre que de beurre en branche, pour la simple raison que celle-ci, d’abord appelée École supérieure de guerre, fût fondée en 1873. Certains étaient nobles, comme Kellerman, mais tous ont été élevés au grade de Maréchal pour leur bravoure au combat. Oh Manu, au cours de quel combat t’es-tu distingué?

Et il n’y a qu’un seul Napoléon, et nulle comparaison possible avec cet homoncule zézéyant…

lenonce

 

Pas Sibeth, en fait oui

Ah, ils nous l’avaient bien vendue la petite Sibeth, nos merdiques médias. La brillantissime chargée de communication de Macron, propulsée héroïne du documentaire à la gloire  d’icelui, n’est peut-être pas si brillantissime. Apparatchik binationale, d’abord membre de la clique d’Abdoulaye Wade au Sénégal, puis débarquée en France pour grenouiller à l’UNEF, la petite arriviste n’a, comme beaucoup d’autres, jamais travaillé de sa vie.

On a rapidement vanté son action dans la com, sans remarquer que Manu n’avait besoin de personne, tant les médias ont fait sa promotion depuis la création du mouvement En marche. La petite Sibeth n’a pas eu grand chose d’autre à faire que la maline auprès des journaleux, qu’elle tançait régulièrement quand leur production ne lui convenait pas. Elle est finalement à l’image de son Maître, en moins intelligent, c’est à dire un rien propulsé dans la lumière.

Le problème est qu’à force de lui dire qu’elle était formidable, elle a fini par le croire, avant de montrer ses véritables talents dans un tweet bien classe sur la mort de Simone Weil: « yes, la meuf est dead ».

Cave ne cadas…

lenonce

PS: la petite Sibeth se vantait de mentir sans vergogne pour protéger son Maître. lenonce a l’explication: c’est parce qu’elle a un piercing sur la langue, comme on voit sur la photo ci-dessous.