Délivrance: le livre

couv rivireTout le monde connait le film prodigieux de Jonh Borman, qui, bien au-delà des scènes du banjo et du viol, interroge l’homme sur sa place dans la société. Mais « Délivrance » est d’abord le premier roman de James Dickey, publié en 1970, et sorti en France en 2013 par le remarquable éditeur Gallmeister.

Si on ne vous l’ a pas offert pour les fêtes, achetez-le et descendez les rapides avec Lewis, Ed, Drew et Bobby: vous allez vous régaler, même si vous connaissez la fin. Et puis d’ abord, connaissez-vous vraiment la fin? Le film est profondément respectueux du livre, mais la fin pose des questions auxquelles l’ un et l’ autre ne répondent pas de façon vraiment similaire …

Au-delà de ce livre, collectionnez les titres de cet éditeur, vous ne serez jamais déçu. Tout le monde connait les mythiques « Gang de la clé à mollette » ou « Itinéraire d’ un pêcheur à la mouche », je vous recommande deux autres titres:

– le très beau Indian creek, de Pete Fromm, et surtout

– le terrifiant Sukkwan island, de David Vann, un uppercut à l’ estomac, qui vient d’ être mis en bd (je ne connais pas) et qui a été, pour moi, un véritable séisme littéraire.

Allez, de bonnes lectures pour 2015, bises à toutes et à tous,

lenonce

Petit supplément pour le premier de l’ an: le shérif du film, c’ est l’ auteur, James Dickey !

Le gynécologue de Cécile Duflot parle !*

cecile-duflot-photo-dr*MerciDD!

Le titre est étrange, ou bien il a été choisi pour emmerder Valls !?

Non mais, franchement, qui peut s’ intéresser à cette personne, en dehors de votre serviteur qui vient de lui consacrer deux billets ! Qui sont ces gens qui vont se lever un matin en se disant: « aujourd’hui, je m’offre le bouquin de Duflot, il faut absolument que je sache comment s’ est passée sa vie au gouvernement ». Avouez que c’ est hautement improbable. Où alors, le follicule est destiné à être offert aux militants écolos. Où alors il est écrit en latin. Mais dépenser de l’ argent pour ce tronche de cake, en temps de crise, non, j’ vois pas.

lenonce

Villepin était un visionnaire !

Dieu sait que je l’ appréciais peu et l’ épinglait quelquefois dans ces colonnes, mais là, on peut dire qu’ il a eu du flair !

Puisqu’ on est sur DDV, je vous encourage à courir acheter la BD  » Quai d’ Orsay « , et voir le film ensuite … ou l’ inverse !

La BD est excellente et le film aussi, avec une description d’ une grande justesse du fonctionnement d’ un cabinet ministériel, surtout avec un grand sifflet comme DDV ! Les seconds rôles sont particulièrement soignés et Niels Arestrup en directeur accablé-sur-qui-tout-repose est prodigieux.

lenonce

Une famille musulmane ordinaire …

Insidieusement, et avec le concours de nos journaleux médiocres autant qu’ incultes, l’ islam transforme notre société. Il n’ est plus question de se fondre dans le paysage français, plus question d’ intégration, plus question d’ assimilation. Le message est clair:  » nous sommes là, pour longtemps, et il faudra nous accepter avec nos rites et nos coutumes, que, le nombre aidant, nous finirons bien par vous imposer. »

Je viens de lire qu’ on avait mis en examen une parisienne de 21 ans pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme ». Le journaliste d’Europe 1 s’ étonne, et justifie son étonnement: « Elle est issue d’une famille musulmane ordinaire, même si sa mère porte le niqab. » Ainsi, pour cette lopette, dans une famille française de confession musulmane, la norme est que la mère soit intégralement voilée. ( lire ici ) Il y a des coups de batte qui se perdent !

tribalatJ’ ai écouté avec beaucoup d’ attention, et un brin surpris car passant sur la chaîne France info, la sociologue Michèle Tribalat parler de son livre:  « Assimilation, la fin du modèle français ». ( à écouter ici ). Où on a confirmation  de toutes les craintes qui s’ expriment dans ces blogs mal-pensants, et que nos politiques de tous bords s’ acharnent à cacher. On y découvre aussi le rôle crucial de l’ Europe, qui a décidé en 2004, et sans aucune concertation de ses citoyens, d’ imposer le modèle du multiculturalisme.

Lire aussi l’ entretien de celle-ci avec, entre autre, Malika Sorel: ici. Ces femmes, Sorel et Tribalat, ne paraissent pas de dangereuses extrémistes incitant aux pogroms anti-musulmans. Et pourtant leurs conclusions sont implacables: l’ installation incontrôlée sur le territoire national d’ une masse croissante de musulmans s’ enfermant dans un communautarisme de plus en plus radical représente un danger pour notre République.

Voilà, beaucoup de références, mais comme le week-end approche et qu’ il fait un temps de chiotte, vous n’ avez aucune excuse !

lenonce

La phrase de la semaine:  » Ou est la morale dans tout ça ! « 

DSK parlant de morale, avec son air fâché, c' était du lourd, du très lourd !

L' amidonneur de boniche parlant de morale, c' est Hitler parlant des droits de l' homme, c' est Duflo parlant de mécanique quantique, c' est, comme le disait Desproges, le pape parlant du stérilet de ma belle-soeur.

La petite allocution de notre plus-très-vierge effarouché était un chef d' oeuvre de foutage de gueule, comme dirait Géronte.

Une autre phrase: " J' en ai assez qu' on se serve de moi " vaut aussi son pesant de noix de cocos, de la part d' un homme ayant le plus souvent utilisé les femmes comme aryballe à foutre.

Et tout ça, glisse et passe, car, comme le disait Chichi: plus c' est gros, plus ça passe.

lenonce

Hélie Denoix de Saint Marc

Helie_de_St_MarccESO_15Connaissez-vous Hélie Denoix de Saint Marc ? Peut-être pas.

Voici pour le situer: quand le pitre mythomane Hessel se hisse sur la pointe des pieds, et qu' il tend ses bras bien haut, il effleure la cheville d' Hélie Denoix de Saint Marc !

Vrai résistant sur le territoire national, arrêté en 1943, il sera déporté à Buchenwald. Aprés la guerre, il partira en Indochine avec la Légion étrangère. Affecté en Algérie, il participe au putsch des généraux en avril 1961 et sera condamné à 10 ans de prison. Il en fera 5. 

Voir sa biographie ici. Il faut absolument lire Mémoires. Les champs de braise et n' hésitez pas à aller sur son site officiel.

Les médias n' ont jamais beaucoup montré ce géant. Je l' ai vu, lors de certains débats, agressé presque physiquement par les sous-merdes gauchistes et anticolonialistes du camp du bien.

Nicolas Sarkozy vient de le faire Grand Croix de la Légion d' Honneur le 25 novembre, et je trouve ce geste admirable dans cette époque troublée.

Lisez le texte ci-dessous et comparez si besoin avec le fort contestable opuscule d' Hessel.

« QUE DIRE A UN JEUNE DE 20 ANS », 

Quand on a connu tout et le contraire de tout,
quand on a beaucoup vécu et qu’on est au soir de sa vie,
on est tenté de ne rien lui dire,
sachant qu’à chaque génération suffit sa peine,
sachant aussi que la recherche, le doute, les remises en cause
font partie de la noblesse de l’existence.

Pourtant, je ne veux pas me dérober,
et à ce jeune interlocuteur, je répondrai ceci,
en me souvenant de ce qu’écrivait un auteur contemporain :

«Il ne faut pas s’installer dans sa vérité
et vouloir l’asséner comme une certitude,
mais savoir l’offrir en tremblant comme un mystère».

A mon jeune interlocuteur,
je dirai donc que nous vivons une période difficile
où les bases de ce qu’on appelait la Morale
et qu’on appelle aujourd’hui l’Ethique,
sont remises constamment en cause,
en particulier dans les domaines du don de la vie,
de la manipulation de la vie,
de l’interruption de la vie.

Dans ces domaines,
de terribles questions nous attendent dans les décennies à venir.
Oui, nous vivons une période difficile
où l’individualisme systématique,
le profit à n’importe quel prix,
le matérialisme,
l’emportent sur les forces de l’esprit.

Oui, nous vivons une période difficile
où il est toujours question de droit et jamais de devoir
et où la responsabilité qui est l’once de tout destin,
tend à être occultée.

Mais je dirai à mon jeune interlocuteur que malgré tout cela,
il faut croire à la grandeur de l’aventure humaine.
Il faut savoir,
jusqu’au dernier jour,
jusqu’à la dernière heure,
rouler son propre rocher.
La vie est un combat
le métier d’homme est un rude métier.
Ceux qui vivent sont ceux qui se battent.

Il faut savoir
que rien n’est sûr,
que rien n’est facile,
que rien n’est donné,
que rien n’est gratuit.

Tout se conquiert, tout se mérite.
Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu.

Je dirai à mon jeune interlocuteur
que pour ma très modeste part,
je crois que la vie est un don de Dieu
et qu’il faut savoir découvrir au-delà de ce qui apparaît 
comme l’absurdité du monde,
une signification à notre existence.

Je lui dirai
qu’il faut savoir trouver à travers les difficultés et les épreuves,
cette générosité,
cette noblesse,
cette miraculeuse et mystérieuse beauté éparse à travers le monde,
qu’il faut savoir découvrir ces étoiles,
qui nous guident où nous sommes plongés
au plus profond de la nuit
et le tremblement sacré des choses invisibles.

Je lui dirai
que tout homme est une exception,
qu’il a sa propre dignité
et qu’il faut savoir respecter cette dignité.

Je lui dirai
qu’envers et contre tous
il faut croire à son pays et en son avenir.

Enfin, je lui dirai
que de toutes les vertus,
la plus importante, parce qu’elle est la motrice de toutes les autres
et qu’elle est nécessaire à l’exercice des autres,
de toutes les vertus,
la plus importante me paraît être le courage, les courages,
et surtout celui dont on ne parle pas
et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse.

Et pratiquer ce courage, ces courages,
c’est peut-être cela

«L’Honneur de Vivre» 

lenonce

PS: je connais quelqu' un dont je serais très fâché qu' il ne laisse pas un commentaire …

 

Disparition de Lucien Jerphagnon

Lucien jerphagnon Il n' a jamais fait le vingt heures, ni le treize heures d' ailleurs. Il ne s' est jamais fait poisser à Marrakech, ni emprisonner à Rikkers Island, n' est jamais allé faire le zouave en Libye et c' est pourquoi sa disparition est passée presque inaperçue.

Il était un merveilleux philosophe, sec comme une trique, avec une petite moustache, un regard perçant et une voix reconnaissable entre toutes. Spécialiste de la pensée grecque et romaine, il a publié une vingtaine d' ouvrages dont une remarquable " Histoire de la pensée: d' Homère à Jeanne d' Arc " qui se lit comme un roman. Eh oui, on peut être un philosophe brillant et compréhensible !

Son dernier livre,  " La sottise: 28 siècles qu' on en parle " recueil d' aphorismes sur un sujet éternellement d' actualité, absolument savoureux est à garder sur sa table de nuit.

Si vous avez du temps à gagner, regardez l' émission d' Elkabbach, Bibliothèque Medicis, avec Lucien Jerphagnon et Paul Veyne. C' est un rare moment de bonheur d' entendre discuter de façon toute simple ces deux géants de la pensée.

Enfin je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager la conclusion du premier bouquin cité:

"… il n' y a de pensée définitive que pour ceux qui ne pensent plus. On n' a jamais fini de mourir et de renaître à la pensée, et cela même ne va pas sans angoisse ni lassitude. Comme le Christ de Pascal, l' esprit des hommes est en agonie jusqu' à la fin du monde; il ne faut pas dormir pendant ce temps-là. Même si parfois l' envie nous en prend, et si le sommeil, dogmatique ou pas, nous paraît une bonne solution."

Lucien Jerphagnon était un éveillé, et surtout un éveilleur.

lenonce 

PS: je suis heureux de ce sujet pour la millième note de cette pitrerie qu' est ce blog !