L’ Aigle volera de clocher en clocher …

… jusqu’ au seuil de l’ Élysée !

Regardez bien en bas en droite, et dites-moi si cela peut être une coïncidence !?

L'aigle !On peut penser ce qu’ on veut de lui, mais regardez maintenant une conférence de presse de l’ autre, et vous ne pouvez qu’ être stupéfait de la différence de niveau !

Pour le reste, attendons un peu, mais moi, je suis déjà convaincu … Sarko, Sarko, Sarko !

lenonce

Thevenoud, T’as rien vou, T’es repartou !

Allez, je vous montre sa tête, une première et une dernière fois, tellement on l’ aura oublié demain, un peu comme on vérifie ses excreta avant de tirer la chasse, histoire de s’ assurer que le transit, sans lequel l’ homme ne peut élaborer une pensée philosophique, s’ est déroulé sans anicroche.

Un baltringue de plus, une petite crapule gauchiste ordinaire, qui n’ aurait ni déclaré, ni payé ses impôts depuis plusieurs années, mais qui a quand même fait partie de la mission d’enquête parlementaire sur la gestion par l’État de l’affaire Cahuzac: ça ne s’ invente pas !

On se demande où ce gouvernement d’ étrons va s’ arrêter: le pignouf à 13%, le nervi catalan qui la ramène sur le bouquin de l’ autre pouf, à croire qu’ ils ont fait un pari sur ce qu’ étaient capables d’ avaler les français.  Ils ont de la marge si on en croit les capacités d’ extension mandibulaire de Nicolas  » Deep throat «  J. Allez, à demain pour la prochaine couille !

crapulelenonce

L’ effondrement

Nous vivons des moments de pur bonheur, procurés par l’ ensemble de la gauche, ne nous privons pas de les savourer !

D’ abord le désarroi des blogueurs appointés par le pouvoir, à commencer par le plus drôle, l’ inénarrable Nicolas Jégou. D’ ordinaire sa prose est pesante, et consiste en un assemblage indigeste des éléments de langage que lui fournissent ses supérieurs. Mais lisez ce billet, au titre profondément débile, pondu la veille de l’ implosion gouvernementale, je vous garantis le fou-rire. Admirez la prouesse du thuriféraire, qui à force de contorsions, finit par se mettre la tête dans le cul, ce qui est remarquable compte-tenu de sa corpulence. De là où il se trouvait il ne pouvait donc plus rien voir, et de conclure par un « c’est beau, non? », qui parachève le chef d’ œuvre. Non, ce n’ est pas beau, c’ est même trés con, lui répondit l’ actualité du lendemain.

Hollande, un président liquide. Délectez-vous de cette énième photo sous la pluie, les yeux en berne, les lunettes embuées. Mais que font les conseillers en communication ? Je crois qu’ ils ont compris qu’ ils ne tireraient jamais rien d’ un tocard pareil. Sarkozy était un roc, Hollande une flaque, je pense que le prochain président pourait être un gaz … c’ est ça, un pet !

Les ministres qui se tirent avant qu’ on ne les vire, ça aussi c’ est une invention de ce quinquennat. Au lieu de s’ accrocher en essayant de sauver leur maroquin, ils pissent au derrière du nervi catalan, et se barrent. Mais le meilleur est à venir, avec peut-être la nomination de JV Placé: ce serait superbe !

A suivre…

lenonce

 PS1 : dernière nouvelle, le gros Hue serait sur les rangs: que du bonheur, je vous dis !!

PS2 : finalement non, c’est l’ENA qui rafle la mise.

valls et montebourgMinus et cortex jouent avec leurs boules

 

Combien avons-nous de ces taré(e)s sur le sol français ?

Il me semble que la question mérite d’être posée. 200, 300, certains parlent de 700, et pourquoi pas mille ou deux mille?

Cela ne vous rappelle pas le décompte des femmes en burka, au moment de la discussion sur la loi ? Les journaputes du nouvelobs avançaient même le chiffre de 367 lire ici, ridicule dans sa précision et outrancièrement mensonger: je connais une cité marseillaise ou l’on peut voir, les jours de prière, une cinquantaine de femmes entièrement voilées, alors 367, sur toute la France ! Le raisonnement est toujours le même: il ne se passe rien, ce sont des épiphénomènes, il n’y a aucun souci avec l’islam…

Tant qu’ il s’ agissait de connasses bâchées, cela ne portait ( pas trop ) à conséquence. Mais voilà qu’ on recommence avec ces pauvres ados perdus qui partent pour le jihad en Syrie. Capture d’écran 2014-03-02 à 10.18.22Les médias s’ empressent de minimiser: c’ est ultra-minoritaire, on vous dit, continuez de dormir !

Le procureur, à propos de la dernière recrue récupérée avant de passer en Turquie, a même dit:  » Il faut d’ abord la protéger contre elle-même « . Magnifique application du principe de précaution, cher à notre beau pays. J’ en propose un autre.

La présence sur le territoire national de quelques centaines d’ enragés prêts à se faire sauter ( même les filles musulmanes veulent se faire sauter, maintenant … ), devrait conduire à un moratoire sur l’ islam, pour empêcher, temporairement, son implantation en France.

lenonce

« QUE DIRE A UN JEUNE DE 20 ANS »

Quand on a connu tout et le contraire de tout, quand on a beaucoup vécu et qu’on est au soir de sa vie, on est tenté de ne rien lui dire, sachant qu’à chaque génération suffit sa peine, sachant aussi que la recherche, le doute, les remises en cause font partie de la noblesse de l’existence. Pourtant, je ne veux pas me dérober, et à ce jeune interlocuteur, je répondrai ceci, en me souvenant de ce qu’écrivait un auteur contemporain :

«Il ne faut pas s’installer dans sa vérité et vouloir l’asséner comme une certitude, mais savoir l’offrir en tremblant comme un mystère». A mon jeune interlocuteur, je dirai donc que nous vivons une période difficile où les bases de ce qu’on appelait la Morale et qu’on appelle aujourd’hui l’Éthique, sont remises constamment en cause, en particulier dans les domaines du don de la vie, de la manipulation de la vie, de l’interruption de la vie. Dans ces domaines, de terribles questions nous attendent dans les décennies à venir. Oui, nous vivons une période difficile où l’individualisme systématique, le profit à n’importe quel prix, le matérialisme, l’emportent sur les forces de l’esprit. Oui, nous vivons une période difficile où il est toujours question de droit et jamais de devoir et où la responsabilité qui est l’once de tout destin, tend à être occultée. Mais je dirai à mon jeune interlocuteur que malgré tout cela, il faut croire à la grandeur de l’aventure humaine. Il faut savoir, jusqu’au dernier jour, jusqu’à la dernière heure, rouler son propre rocher. La vie est un combat le métier d’homme est un rude métier. Ceux qui vivent sont ceux qui se battent. Il faut savoir que rien n’est sûr, que rien n’est facile, que rien n’est donné, que rien n’est gratuit. Tout se conquiert, tout se mérite. Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu. Je dirai à mon jeune interlocuteur que pour ma très modeste part, je crois que la vie est un don de Dieu et qu’il faut savoir découvrir au-delà de ce qui apparaît comme l’absurdité du monde, une signification à notre existence. Je lui dirai qu’il faut savoir trouver à travers les difficultés et les épreuves, cette générosité, cette noblesse, cette miraculeuse et mystérieuse beauté éparse à travers le monde, qu’il faut savoir découvrir ces étoiles, qui nous guident où nous sommes plongés au plus profond de la nuit et le tremblement sacré des choses invisibles. Je lui dirai que tout homme est une exception, qu’il a sa propre dignité et qu’il faut savoir respecter cette dignité. Je lui dirai qu’envers et contre tous il faut croire à son pays et en son avenir. Enfin, je lui dirai que de toutes les vertus, la plus importante, parce qu’elle est la motrice de toutes les autres et qu’elle est nécessaire à l’exercice des autres, de toutes les vertus, la plus importante me paraît être le courage, les courages, et surtout celui dont on ne parle pas et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse. Et pratiquer ce courage, ces courages, c’est peut-être cela  » l’honneur de vivre « .

HELIE DE SAINT MARC