Parabole au balcon, jihadiste au salon

Reprenons:

– la première génération d’immigrés de confession musulmane (pour faire simple), venue travailler sur le territoire national, ne manifestait pas un farouche attachement aux règles. De ceux que j’ ai connu, il faisait généralement ramadan, dans la joie et la bonne humeur, et en dehors de ça ne refusait pas une petite bière à l’occasion. Je n’ ai pas souvenir qu’ elle revendiquait pour avoir des lieux de culte.

– la deuxième génération, celle abandonnée et ghettoisée par la république comme on veut bien nous le faire croire, avait « la haine ». Elle tolchokait un peu les vieilles dans les coins, vivait de trafic en tous genres, mais dans un pur esprit « Tony Montana »: ils voulaient tout, tout de suite, et sans rien branler.

– nous voici avec la dernière génération, élevée dans la haine de l’ occident, comme le montre les départs de plus en plus nombreux pour le jihad, et les récents exemples d’ enfants surpris à proférer des horreurs.

Les explications sont bien sûr multiples. J’ en vois cependant une qui me parait majeure, même si jamais évoquée dans les médias. Voilà 15 ans que ces populations sont gavées de chaines d’ information comme Al Jazeera, et ceci sans aucun contrôle. Ces populations ont accès, bien plus que dans les mosquées de quartier, à ce qui se fait de pire en matière de prêche radical, et je n’ ai pas jamais entendu un politique ou un journaliste s’ en émouvoir.

Il est plus facile de virer Philippe Tesson, et de continuer à tresser la corde qui servira à nous pendre.

lenonce

nuage-de-paraboles